Des Bruxellois à part entière

_________________________

« Pour la grande majorité des Européens, Bruxelles n’est pas un choix. Ils ne sont pas là pour immigrer ou pour cacher leur argent, mais parce que c’est ici que se trouvent les institutions communautaires. Et sans elles, Bruxelles perdrait 15 % de son PIB et entre 100.000 et 200.000 de ses habitants. (…) Ce public « captif » n’a pas à s’excuser d’être là. C’est la Belgique qui s’est battue pour accueillir la capitale de l’Union et qui se bat encore pour rapatrier l’ensemble du Parlement à Bruxelles! Ça lui donne des obligations à l’égard des Européens qui y vivent « à l’insu de leur plein gré ». Les Européens ont le droit de trouver que la ville est un chaos urbanistique, qu’elle est sale, qu’elle est saturée de voitures, qu’elle est survolée par des avions, etc., etc. Ils ont le droit d’exiger une ville propre, agréable, moins polluée, car ils sont ici chez eux, autant que les Belges.

Qui donc affirme cela ?
Jean Quatremer, un expat Français qui ne s’est pas fait que des amis à Bruxelles. Mais n’a-t-il pas raison ?
Nous estimons, notamment, que les personnes d’origine étrangère domiciliées à Bruxelles depuis 5 ans devraient avoir le droit de vote aux régionales comme aux communales … et  qu’il serait normal que ce droit s’accompagne pour tous du devoir de contribuer aux frais qu’ils occasionnent ici plutôt que d’être taxés dans leur pays d’origine pour certains.

2 réflexions sur « Des Bruxellois à part entière »

  1. Van Bambeke

    Il est tout à fait démocratique que seules les personnes qui habitent la région bruxelloise ne puissent voter qu’à la condition qu’elles paient des impôts. Sinon ça revient à donner le pouvoir à des personnes de partis poussant un programme inutile payé par les seuls contribuables bruxellois belges.

    Répondre
  2. David Hercot (@DHercot)

    Bonjour Yvan,
    C’est assez interpellant que des propos qui tombent sous le sens relèvent à peu près du tabou dans les cercles politiques bruxellois. Merci à vous et à Jean Quatremer de bousculer les évidences.

    Répondre

Laisser un commentaire