Archives pour la catégorie Commerce

Un pull de Noël ?

 

 

Avez-vous votre pull de Noël ? Ces dernières années, cela semble devenu un accessoire indispensable à porter durant les fêtes de fin d’année (?). Colorés, avec un renne, un ours. Une tradition anglosaxone qui semble aussi avoir pris racine chez nous.

Après Halloween, la Saint-Valentin, le Nouvel an chinois et pourquoi pas bientôt  le Thanksgiving ou la fête du Têt ? Ces traditions importées ont-elles un autre but que de faire « marcher le commerce » ? Où cela va-t-il s’arrêter ?

Alors qu’on défile dans les rues pour tenter d’économiser les matières premières et de changer de mode de vie pour lutter contre le changement climatique, la presse (et pas seulement la publicité) se fait promoteur de ce genre d’opérations, destinées à (encore) pousser à davantage à la consommation, à soutenir l’économie de l’inutile. Vais-je sombrer dans ce que d’aucuns appellent « l’écologie punitive » ? Changer les modes de vie, vivre mieux avec moins, c’est ce qui restera sans doute la tâche la plus difficile dans la nécessaire transition écologique qui s’annonce.

Joyeuses fêtes quand même … avec ou sans pull de Noël.

Le retour en ville ?

_______________________________________

Pas encore le retour massif des habitants, mais déjà l’arrivée prudente et encourageante de grosses sociétés installées en banlieue. Décathlon fut une des premières à ouvrir un point de vente en ville, place de la Monnaie. De grosses entreprises multinationales comme Décathlon, mais aussi Ikéa, Zalando ou Bio-Planet ont tout misé sur la voiture et se sont installées en périphérie où elles disposaient de vastes terrains et de parkings. Aujourd’hui, avec le développement de l’e-commerce, la mutation de la mobilité et les livraisons à domicile, elles veulent être plus proches du consommateur. Elles ont commencé à revoir leur stratégie, pour s’installer en centre-ville sous des formes à expérimenter. C’est important pour leur chiffre d’affaires, mais aussi pour le commerce de proximité et spécialisé de centre-ville, qui souffre de cette concurrence des shopping malls de périphérie.

IIkéà a déjà ouvert un City-Ikea à Hambourg, en pleine zone piétonne, mais bientôt à Paris, à la Madeleine, et déjà à Madrid, New-York et bientôt au Danemark et à Vienne. Tout s’emporte à pied ou en vélo … et le reste est livré à domicile dans les 24h. Le chantier viennois va s’avérer particulièrement intéressant, parce qu’il associe une architecture verte sur plusieurs niveaux à un projet d’espaces pour des commerces spécialisés complémentaires« On the façade sides, plants and trees should provide a very special microclimate. The roof terrace, which will be open to people beyond the opening hours, is shaded by greenery ”.

La fin ou la limitation des mesa shopping malls de périphérie semble inéluctable. Les promoteurs du shopping de 75.000 m2 à Néo ne semblent pas avoir compris qu’ils n’auront pas nécessairement le temps d’amortir leurs énormes investissements ? Nous y reviendrons.

La réforme de l’école patine

______________________________

Ce pacte d’excellence, supposé mettre fin aux mauvais résultats de l’enseignement de la Fédération Wallonie Bruxelles, tarde à voir le jour. Pire, selon La Libre il pourrait faire marche arrière sur la question du redoublement, qui coûte très cher et qui n’arrive que bien rarement à requalifier les doubleurs qui en « bénéficient ».

A Bruxelles, une part non négligeable des élèves en difficulté ne disposent que d’une connaissance très rudimentaire du français, qui n’est pas leur langue maternelle. Ils peinent ainsi à s’intéresser et à suivre les autres matières. Ils échouent donc lamentablement. Ce n’est pas en leur imposant de recommencer le même programme que leur niveau de français va s’améliorer.

Nous ne reviendrons pas sur notre plaidoyer pour une pédagogie « français langue étrangère » qui a fait ses preuves, mais qui n’est toujours pas d’application, ni enseignée à l’école normale, ni même reconnue. Le bonnet d’âne plutôt aux brillants pédagogues de la fédération Wallonie Bruxelles qu’aux élèves victimes d’un enseignement non adapté à population bruxelloise d’aujourd’hui.

 

Quel avenir pour le centre-ville ?

___________________________________

C&A ouvre son plus grand magasin de Belgique à la rue Neuve, après deux ans de travaux et un investissement de 10,5 millions d’euros, titrent L’Echo et BX1.  Pas le genre de nouvelles que je répercute sur ce blog centré sur le futur de notre Ville-Région. Un tel investissement au cœur de la ville, en plein développement du commerce en ligne et avec la menace de l’ouverture du méga shopping center Néo au Heysel est cependant une preuve de confiance incontestable dans l’avenir du centre-ville et cela me réjouit.

Dans la plupart des grandes villes, le centre historique est recherché et les citadins aux revenus confortables y sont installés depuis des générations. Ils constituent une clientèle privilégiée pour les commerces spécialisés du centre-ville. Chez nous, la bourgeoise et les classes moyennes ont progressivement quitté le coeur de la ville pour s’installer dans la banlieue verte où ils paient aussi leurs contributions. Un certain nombre de commerces haut de gamme les y ont suivi, que ce soit à Fort Jaco ou à Waterloo.

Le centre historique de Bruxelles ne peut accepter de se voir réduit n’être qu’un parc à thème pour touristes en quête de Grand-Place, de Manneken Pis, de frites, de bière et de gaufres. Pour retrouver la mixité qui lui fait défaut, pour faire vivre ses commerces spécialisés d’exception et ses nombreux lieux de culture et de fête, le cœur de Bruxelles doit pouvoir compter sur la visite régulière des Bruxellois aisés, qui en ont perdu le chemin et pris d’autres habitudes depuis le lock out, les attentats et les travaux du piétonnier. C’est pourquoi la réouverture de C&A, l’arrivée d’Uniqlo Tokyo et plus tard l’installation de la grande surface de délicatesses italiennes Eataly à la Bourse sont de bonnes nouvelles. Reste au prochain Collège de la Ville d’y assurer une propreté et une sécurité qui y font encore défaut et dont chacun doit pouvoir jouir.

Les shopping malls appartiennent-ils au passé ?

__________________________________

Bruxelles veut encore y croire. Les projets immobiliers des mega shopping malls à venir nous sont vendus comme des lieux privilégiés pour « vivre des expériences » et non plus comme des temples de la consommation. C’est ainsi que la Ville veut nous convaincre de l’utilité  au Heysel des 72.0000 m2 de surfaces commerciales de NEO, rebaptisé Mall of Europe (2 x plus grand que City 2).  La demande de permis introduite pour le centre de congrès et l’hôtel de NEO 2, montre que la Ville et la Région ne pourront financer que la moitié des 300 millions nécessaires pour leur construction, le reste doit venir des charges à payer par … le shopping de NEO 1.

Les opposants à ce mega shopping avancent la question de la mobilité autour du nouveau mall proche d’un ring déjà largement saturé. Ils pointent aussi une concurrence accrue qui pourrait être fatale au commerce indépendant du centre-ville, pourtant nécessaire à sa vitalité.

Vous pouvez en savoir plus en lisant le dossier d’IEB et l’action en justice du BRAL.
Vous pouvez agir en signant une pétition.
Vous pouvez aussi agir en faisant faire part de votre position par mail à la <Commissionconcertation.Urbanisme@brucity.be> et même demander à être entendu.
L’indifférence des Bruxellois serait tout bénéfice pour NEO 1 et 2.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

https://www.change.org/p/mr-close-bourgmestre-de-la-ville-de-bruxelles-et-mr-coomans-de-brach%C3%A8ne-echevin-de-l-urbanisme-prot%C3%A9geons-les-parcs-de-laeken-et-la-qualit%C3%A9-de-vie-sur-le-plateau-du-heysel