Quels taxis voulons-nous  ?

On parle beaucoup du Plan Taxi de Rudi Vervoort qui tarde à venir *, on parle des propositions des taxis bruxellois  et de celles d’Uber, on entend les craintes des chauffeurs qui restent dans une insupportable incertitude, mais on n’entend rien à propos des utilisateurs de taxis. A croire qu’on a inventé le transport rémunéré uniquement pour créer de l’emploi. Dans la mobilité de demain le taxi pourrait occuper une plus grande place, s’il évolue et tient compte des besoins des Bruxellois. Une alternative occasionnelle à la voiture personnelle ? Un choix de société.

Qu’ont fait les taxis bruxellois du quasi monopole dont ils ont bénéficié pendant tant d’années ? Il a fallu l’arrivée d’Uber pour que des taximen créent enfin Victor Cab et se dotent d’une application performante. L’acceptation des cartes de crédit et l’obtention d’un ticket de course officiel restent toujours très aléatoires, tout comme l’itinéraire le plus court. Le métier ne serait pas rentable, mais ils se revendent à prix d’or les licences qu’ils ont reçues gratuitement de la Région. Ils peuvent bloquer toute la ville avec 100 véhicules et s’en servent en négociation. Ils vont manifester ce jeudi matin, tandis qu’Uber suspendra son App.

Si les utilisateurs des taxis bruxellois et des locations de voitures avec chauffeur LVC  (Uber, Heetch, …) accordent de l’importance à la protection sociale des chauffeurs – comme à celui des coursiers de Deliveroo – ils attendent aussi de la Région de mettre de l’ordre dans le secteur, sans revenir à la situation monopolistique, qui n’a pas été à l’avantage des utilisateurs. Ils attendent toujours l’arrivée des compteurs intelligents, qui délivrent des tickets officiels ou des factures et luttent contre le travail en noir. Ils attendent également un incitant pour des taxis non polluants, de préférence à l’hydrogène, pour des raisons d’autonomie et de recharge rapide. Les utilisateurs ne peuvent être négligés dans ce véritable bras de fer bruxellois. 

image extraite d’une vidéo de BX1

4 réflexions sur « Quels taxis voulons-nous  ? »

  1. magaliverdonckprogmailcom

    Tellement d’accord avec toi. J’ajouterais comme condition à la fin de ton article, le système de rating comme dans Uber, airbnb etc., qui oblige le chauffeur de taxi (et son client qui reçoit aussi un rating) à se comporter correctement. La différence est énooooorme entre les chauffeurs uber qui reçoivent une notation et les chauffeurs classiques qui ne respectent que rarement le client (j’ai des années de mauvaises expériences, heureusement derrière moi depuis qu’il y a des alternatives).

    Répondre
  2. Flamant Françoise

    Pourquoi ne jamais mentionner le fantastique service Collecto- taxis partagés qui permet de se déplacer facilement et en sécurité de 23h à 06h dans les 19 communes pour 5€ ! Nous attendons impatiemment la réouverture après Covid. Toujours pas redémarré à cause de la distanciation sociale- non appliquée dans les autres moyens de transport.

    Répondre
    1. Yvan Vandenbergh Auteur de l’article

      Vous avez raison. On ne parle pas assez de ce type de transport en commun rassurant, économique et très efficace. J’y consacrerai un billet dès la reprise. Merci pour ce rappel qui complète bien les bus Noctis et les voitures partagées.

      Répondre
  3. Jean-Marc Sparenberg

    Tout à fait d’accord! Il me semble aussi qu’il faudrait distinguer les intérêts des chauffeurs de ceux des détenteurs des licences (leurs patrons), ces derniers étant à mon avis nettement moins à plaindre que ces premiers…

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.