Sera-t-elle électrique ou à hydrogène ?

Controverses bruxelloises

Dans un peu plus de 8 ans, les moteurs diesel ne seront plus admis à Bruxelles et 5 ans plus tard, ce sera le tour des moteurs à essence. Tant mieux pour l’air que nous respirerons, mais des citoyens commencent à s’interroger sur l’avenir de leurs modes de déplacement. Se contenter d’une seule voiture ? passer à la voiture partagée ? aux transports en commun ? au taxi ? au vélo électrique ?  à la marche ? Même si la meilleure voiture demeure celle que l’on ne remplace pas, il restera toujours un certain nombre de citoyens qui ne peuvent se passer d’une voiture personnelle ainsi que des femmes et des hommes de métier dont le véhicule est aussi l’atelier. Bientôt sonnera l’heure d’envisager des choix, encore faut-il des infrastructures alternatives qui permettent un libre choix.

La voiture électrique. Tous les constructeurs se sont mis à l’électrique et les firmes européennes misent essentiellement sur cette énergie, sauf peut être Renault. Les prix commencent à baisser, mais les recharges immobilisent toujours longuement les véhicules. Les bornes électriques ne font que de timides apparition en rue et les recharges rapides sont encore plus rares. La Région privilégie la filière électrique, bien que les recharges vont longuement immobiliser des places de parking et que les batteries restent très lourdes et limitent l’autonomie réelle, qui tourne autour des 350 km. Le recyclage de ces batteries s’avère aussi laborieux.

La voiture à hydrogène. Les constructeurs asiatiques s’y sont mis et se promettent d’envahir le marché de l’hydrogène avant 2030. Faire le plein dure moins de 5 minutes. Les réservoirs sont sécurisés et – moins lourds que les batteries – ils permettent une autonomie de plus de 700km. Zaventem et Hal étant les seules stations « proches », les utilisateurs restent rares et les prix prohibitifs. La société Hype – qui a doté Paris de plus de 600 taxis à hydrogène – veut placer 60 taxis à Bruxelles et installer une station H2 ouverte à tous. Le Région refuse toujours de leur accorder des licences, dont un règlement ancien limite le nombre. Lourde responsabilité.

Des lecteurs de ce blog ont constitué le Collectif Hydrogène Bruxelles pour pousser la Région à tout mettre en oeuvre pour favoriser l’installation d’un réseau de stations à hydrogène. Un communiqué de presse a déjà suscité un article dans La Capitale et un sur BX1, qui vient aussi d’effectuer un bref reportage. Un billet de Marc Oschinsky pourrait suivre sur la RTBF.

photos Turbo et extrait du reportage BX1

Laisser un commentaire