Préparer la réinsertion

_______________________________

Tôt ou tard, les (trop) nombreux détenus qui peuplent nos prisons finiront par se retrouver du jour au lendemain dans nos rues. Des arrêtés royaux ont ouvert la voie à la création de deux « maisons de transition » pour détenus en fin de peine, à un certain nombre de conditions décrites ICI.

Un projet-pilote a déjà été sélectionné. Il débutera le 1er septembre à Malines. Un autre devrait bientôt voir le jour à Spa, sur base d’un concept différent. Cela devrait permettre une évaluation des résultats avant d’en ouvrir davantage.

C’est « Sterkhuis », projet porté par deux sociétés privées – G4S Care et l’organisation néerlandaise Exodus Nederland – qui a été retenu. Il permettra à une poignée de détenus (environ 15) de connaître une fin de peine dans une petite structure, en vue d’une meilleure préparation à une réinsertion dans la société. Chaque détenu disposera d’une simple chambre et y vivra davantage en communauté.

1 réflexion sur « Préparer la réinsertion »

  1. LM

    Les responsables ont tout faux. Il faut commencer la réinsertion dès le jugement prononcé, c’est-à-dire dès le début et supprimer les prisons telles qu’organisées jusqu’à présent. La prison ne sert à rien. Elle fabrique des délinquants, des radicalisés, des malades mentaux… Aidons plutôt les coupables à comprendre leurs actes et à les dépasser pour déconstruire un mauvais passé et construire un meilleur avenir. Il faut vraiment changer le paradigme de la société. Les actuelles manifestations le démontrent et nous ne voulons pas l’entendre. LM

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.