La Belgique à 4 Régions marque des points

______________________________

« Vous pouvez dire à nos mères que nous sommes régionalistes » (1)

Avec l’affirmation plus marquée d’une identité bruxelloise, les citoyens de la capitale sont nombreux à souhaiter que la Région devienne compétente pour les matières gérées par les Communautés et espérer la disparition des Cocof, VGC et autres Cocom, qui sont des obstacles à une gouvernance cohérente de la Ville-Région.

Une analyse du VIF confirme l’avancée de ce courant, au moins parmi des leaders socialistes wallons, suivis par certains membre cdH, Ecolo et MR.

 » La lutte d’influence que se livrent la Communauté française et la Région wallonne est-elle en train de tourner définitivement à l’avantage de la seconde ? En janvier 2013, Jean-Claude Marcourt (PS) déclarait déjà: « Le courant régionaliste a gagné ». Avec le soutien d’Anne Poutrain, la directrice de l’Institut Emile Vandervelde, on assiste à une reprise en main du parti par des hyper régionalistes.
« Maintenir la thèse communautaire, c’est rester englué dans un fédéralisme d’affrontement » et se diriger lentement vers un régime d’apartheid à Bruxelles …

Au PS, on semble avoir compris que si on voulait un fédéralisme qui fonctionne, il fallait que « le pays repose sur trois Régions (tiens, et la Région germanophone ? ndlr), et non sur deux Communautés. »

(1) Une déclaration sacrilège qui sonnait comme un acte fondateur du régionalisme. En 2008, Christophe Collignon a cosigné cette carte blanche dans Le Soir avec la ministre wallonne de la Santé, Eliane Tillieux, et quatre autres parlementaires.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.