« Je suis Belge parce que je suis étranger »

___________________________________

Alain Berenboom, un juriste qui est aussi un écrivain qui vient de se voir attribuer le Prix Rossel:

« Sans doute (ce livre) vient-il à un moment où la Belgique se pose des questions sur sa propre cohérence, sur son existence. Sans doute cela n’est-il pas un hasard que je me pose en même temps des questions sur mon identité belge. La Belgique est-elle une nation ringarde, ou est-ce une réalité ? Une fabrication à la Henri Pirenne ? Mon identité belge correspond-elle à des racines profondes ? Je me suis plongé dans cette histouire parce que mes parents ont fabriqué un petit Belge alors qu’ils sont immigrés, de Pologne et de ce qui était alors la Russie (la Lituanie d’aujourd’hui, mais ma mère était de culture russe).
J’ai découvert l’extraordinaire richesse de ces couches successives dont je suis l’héritier, comme une lasagne où plusieurs couches appétissantes se superposent et se mêlent. L’identité belge est une identité de sang-mêlé, cosmopolite. Il n’y a pas une famille belge où il n’y a pas un ancêtre italien, espagnol, français, néerlandais, allemand ou autre. Je suis en fin de compte belge parce que je suis étranger. »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.