Archives pour la catégorie Sécurité

Protéger les lanceurs d’alerte

_____________________________________

La santé de la démocratie et l’avenir de l’urbanité demeurent entre leurs mains. Les lanceurs d’alerte dénoncent la déloyauté des institutions quelles qu’elles soient. Dans Le Soir, Vincent Engel y consacre un éditorial circonstancié. « La désobéissance civique est perçue par les autorités dénoncées comme une forme de déloyauté, justifiant la répression la plus violente, alors qu’elle est avant tout une loyauté à des principes autrement plus sacrés. Ce sont celles et ceux qui sont dénoncés par les lanceurs d’alerte qui sont déloyaux et infidèles ».

« La désobéissance civique est considérée avec la plus grande méfiance et regardée comme une préfiguration de l’anarchie. Or aujourd’hui, beaucoup de philosophes s’accordent à penser qu’une certaine désobéissance peut être nécessaire au bon fonctionnement des institutions démocratiques » c’est ce qu’a affirmé Françoise Tulkens au Palais des Académies dans une intervention plus complète en avril 2019.

Le Parlement européen vient d’approuver, à une très large majorité, de nouvelles règles destinées à mieux protéger les personnes qui révèlent des informations sur des activités illégales ou dangereuses, acquises dans un contexte professionnel. Elles incluent la création de canaux de signalement « sûrs » des violations de la législation de l’UE, tant au sein des entreprises qu’à destination des autorités publiques. Après le fédéral, la Région wallonne va légiférer et désigner des personnes référentes pour recevoir les dénonciations des fonctionnaires, qui seront protégés contre les mutations et le licenciement.

Qui d’entre vous sait ce qu’il en est en Région bruxelloise ?

Votre historique mieux protégé

_______________________________________

Google s’intéresse de près à ce que vous faites et garde cela en mémoire, parfois des années durant. Selon un article de L’ECHO, votre vie privée pourrait bientôt être (un peu) mieux protégée, parce que le moteur de recherche va se doter d’une nouvelle fonctionnalité permettant d’effacer, de façon automatique, non seulement l’historique des recherches mais aussi des localisations.

Votre historique ne restera plus gravé dans les méandres du réseau Google grâce à une nouvelle fonctionnalité: « l’auto-delete ». Tout un chacun pourra configurer le moteur afin que ses informations disparaissent après une période de 3 à 18 mois. Les informations plus anciennes seront automatiquement effacées.

Cette fonctionnalité ne vise pas uniquement Google Chrome et les applications – dont Google Discover – mais aussi l’historique des localisations. Ce dernier sera le premier touché par cet « auto-delete ». Le développement suivra dans les prochaines semaines pour l’historique du moteur de recherches et des apps.

Face cachée de la trottinette libre-service

____________________________________

Le journal Métro consacre ICI une double page à la face cachée de ce nouveau moyen de déplacement, qui a littéralement envahi la ville en quelques mois et commence manifestement sa maladie de jeunesse. Le quotidien gratuit détaille la question des vols de trottinettes, du vandalisme qui les frappe, de la manière dont certains utilisateurs les privatisent, du boulot des « juicers » indépendants chargés de les récolter pour les recharger et le journal termine en estimant qu’une trottinette survit en ville entre un et six mois avant de finir à la casse avec au final un bilan écologique moins prometteur qu’annoncé.

Métro n’aborde pas la question des accidents, qui commence à devenir préoccupante, comme le signalent ICI la RTBF et Le Soir. Sans casques les utilisateurs sont très vulnérables sur la voie publique. Mais il y a aussi les piétons qui chutent sur des trottinettes abandonnées renversées sur les trottoirs et passages cloutés. Se pose la question de qui en assume la responsabilité ? Il ne peut pas suffire de demander  » de la laisser dans un endroit non gênant pour les piétons « . Se pose aussi la question d’une assurance, familiale par exemple ? Cela d’autant plus que Uber vient de lancer les premiers vélos Jump, qui pourront eux aussi être déposés n’importe après usage.

Soyons clair, il ne s’agit pas de s’opposer à l’usage de ce nouveau mode de déplacement, mais d’en règlementer mieux le bon usage. La licence à obtenir par l’opérateur auprès de la Région n’est pas une condition suffisante. Cantonner les trottinettes sur les pistes cyclables pourrait être une solution s’il y en avait davantage et on peut se demander s’il ne faudrait pas des couloirs dédiés à ces engins et aux vélos sur les piétonniers, plutôt que de les voir slalomer entre les passants. Qui parlait de maladie de jeunesse ?

photo Métro

Des Bruxellois intimidés par la justice

_______________________________________

Il n’y a donc pas que les journalistes, des citoyens aussi sont réduits au silence parce qu’ils ont osé se plaindre du bruit des survols. Huit habitants francophones déposent plainte contre X pour faire cesser la pollution sonore de l’aéroport situé aux portes de la ville (en région Flamande) et qui les empêche de dormir. Dans un premier temps le procureur requalifie leur plainte contre X en plainte nominative, sans les en informer au préalable, ce qui les prive du droit à la rétractation et n’est pas légal. Il prétend dans la foulée ignorer les domiciles de deux fonctionnaires d’Etat francophones cités – alors que ceux-ci reçoivent leur salaire de l’Etat – pour faire ressortir une majorité d’inculpés néerlandophones et dresser un réquisitoire d’irrecevabilité car … non rédigée en néerlandais.

Dans un second temps, la chambre du conseil va dans la même ordonnance, d’abord suivre le paquet en jugeant la plainte irrecevable car dans la mauvaise langue et, d’autre part, condamner les huit plaignants à verser des dépens à des inculpés de complaisance puisque l’irrecevabilité de la plainte n’a pas déclenché d’instruction qui aurait dû identifier d’éventuels inculpés. Elle va fixer des dépends maximum, non en fonction du (petit) nombre d’avocats impliqués comme c’est coutume mais en fonction du (plus grand) nombre de personnes qualifiées d’inculpés. Ce qui est paradoxal puisque personne n’a jamais été inquiétés en l’absence d’instruction. Au total plus de 14.000 € de frais, une somme énorme à verser par les plaignants.

S’estimant discriminés, les plaignants portent plainte pour discrimination : une procédure qui doit légalement interrompre la phase d’appel… Mais la cour d’appel passe outre et confirme l’ordonnance de la chambre du conseil en ajoutant des dépens supplémentaires. Au total plus de 17.500 € de frais à verser par les plaignants. Mais ce n’est pas tout, vous verrez ICI comment ils se sont retrouvés en Cassation et que finalement le parquet va devoir instruire contre le parquet … La saga complète, mais encore inachevée du Groupe des huit se trouve ICI.

 

Un devoir de protection

______________________________________

Tout a été dit sur l’inimaginable incendie de Notre Dame de Paris en pleine restauration. Je m’étonne cependant de ne pas (encore) entendre grand-chose à propos de l’absence de surveillance efficace d’un tel chantier. Alors que des détecteurs de fumée sont obligatoires dans le moindre appartement de Bruxelles, on peut être surpris de constater que rien ne semblait avoir été mis en place pour monitorer efficacement un chantier où soudures et chalumeaux représentent un danger connu et prévisible. L’enquête permettra de voir s’il y a eu manque de prévoyance ou défaillance des systèmes de surveillance en place. Détecté dès son origine, tout foyer d’incendie peut être maîtrisé par les hommes du feu, ce qui n’est plus le cas dès que le brasier s’emballe.

Cette tragédie ne soulève-t-elle pas la question de la conservation d’œuvres d’art majeures dans des églises qui ne peuvent être monitorées et protégées comme le sont des musées modernes ? A Bruxelles, et surtout en Flandre, des oeuvres d’art inestimables, des reliques et des trésors se trouvent conservés dans des églises pour lesquelles ces oeuvres ont été réalisées, mais dont les bâtiments ne peuvent assurer efficacement la protection contre le feu, mais aussi contre les dégâts des eaux, de l’humidité ou contre le vandalisme et le vol.

L’Adoration de l’Agneau Mystique des frères Van Eyck visible ICI en haute définition, a connu bien des aventure et vient d’être restaurée dans toute sa splendeur, mais cette oeuvre est-elle bien à l’abri du feu et des dégradations dans la cathédrale Saint-Bavon ? Malgré toutes les précautions prises, est-ce le lieu idéal pour sauvegarder ce trésor mondial de l’humanité ? L’incendie de Notre Dame de Paris, n’a-t-il pas démontré à suffisance l’impuissance des hommes du feu face à des bâtiments d’une telle ampleur et difficilement approchables ? Autant vitraux, orgue et mobilier fixe font partie intégrante de l’édifice, autant les œuvres d’art qu’abritent les églises pourraient être mieux protégées dans les bâtiments conçus à cette fin. Une réflexion ne s’impose-t-elle pas à Bruxelles comme ailleurs ?

Images Google Arts @ culture & Lukas Art in Flanders