Archives de catégorie : Sécurité

Des sanctions adéquates

Dimanche passé, en fin de Pride arc en ciel,  Luca 13 ans, sa mère et sa sœur se rendent à Molenbeek pour récupérer leur voiture. Bruzz précise que Luca est transgenre et finira par se faire insulter par 3 jeunes  « Brûle en enfer ! sale pédé ». Ils lancent des bouteilles et tentent aussi de lui arracher brutalement  son foulard arc en ciel (brûlures).  La mère est  aussi frappée. Heureusement, des passants interviennent pour les protéger et appellent la police. Les 3 jeunes sont arrêtés.

Selon BX1, ils ont “ensuite été relaxées par le magistrat du parquet”. On ignore encore les suites de cette affaire, mais à leur retour rapide à Molenbeek certains ont dû les accueillir comme des héros. Que faire si on veut mettre fin à ce genre d’agression ? Les emprisonner serait contre-productif, mais les relâcher immédiatement ne peut que renforcer leur sentiment d’impunité et celui de leurs amis.

Changer les mentalités est un long processus dans lesquelles les écoles et les maisons de jeunes ont à s’impliquer. Souvent victimes eux-mêmes de discriminations, ces jeunes reproduisent ce qu’ils subissent. Leur infliger des heures de travaux d’intérêt général est une mesure judiciaire alternative qui pourrait être prise à la suite d’une garde à vue légale qui leur laisserait le temps de la réflexion. Pareil pour ces Bruxellois qui régulièrement créent des incidents dans les bus ou les trains vers la mer ou le plan d’eau de Blaarmeersen à Gand. On voit déjà venir les généralisations abusives que cela pourrait engendrer.

Notre sécurité alimentaire

Les problèmes de santé rencontrés par un certain nombre de personnes qui ont consommé des produits Kinder de l’usine Ferrero d’Arlon ont attiré l’attention sur l’importance du rôle de l’Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire (AFSCA). Souvent décriée pour sa sévérité, l’agence a démontré ici son utilité, face à un produit très populaire auprès des enfants, grâce à un marketing de « surprises » très performant. La fermeture de l’usine a été exigée.

Sur les quelques 10 000 inspections annuelles que l’AFSCA a effectuées dans les établissements horeca du pays, à peine la moitié ont obtenu un résultat positif et à Bruxelles, à peine un quart étaient en règle. C’est ce qui ressort des chiffres demandés par le député Vlaams Belang Tom Van Grieken au ministre des indépendants David Clarinval (MR) et publiés par Bruzz. 28% des commerces bruxellois inspectés on fait l’objet d’un PV pour infraction grave.

Le député Vlaams Belang attribue, bien évidemment, cette situation au fait que de nombreux snacks bruxellois sont gérés par des managers qui ne connaissent pas bien le français ni le néerlandais et encore moins nos réglementations alimentaires. Une formation obligatoire serait sans doute plus adéquate que le renforcement des amendes. Le ministre Clarinval précise qu’après une inspection défavorable, une ou plusieurs réinspections suivent.

photo extraite de visit.brussels

Le sang des enfants

Upon the street they lie
Beside the broken stone:
The blood of children stares from the broken stone.
Death came out of the sky.

Oui. Le sang des enfants nous dévisage depuis les débris éparpillés dans la rue. La mort est venue du ciel. Qui mieux que le poète a pu exprimer la douleur qui nous envahit chaque matin en ouvrant la radio ? Benjamin Britten a ajouté à ces textes la lancinante et douce musique qu’interprétaient vendredi Nicky Spence et Dylan Perez à La Monnaie.

Bruxelloises et Bruxellois ont ouvert très vite la porte de leur logement à ces femmes et ces enfants qui ne cessent de fuir leur pays, où elles n’ont commis aucun crime. Nos écoles ont ouvert leurs classes aux plus petits et recherchent des personnes qui parlent ukrainien pour scolariser les plus grands. Cette guerre barbare pour conquérir des territoires, que nous croyions ne plus jamais connaître, est face à nous. Nous laisse impuissants, réduits à offrir notre seule charité.

>  Poèmes de Britten, avec résumés français et néerlandais disponibles ICI à partir p. 13 

Happy Monday: du neuf en mobilité

Le climat et la hausse des prix de l’énergie constituent des stimulants pour la recherche d’énergies durables, mais aussi pour de nouveaux mode de déplacement. En voici quelques uns.

Camions propres. En complément au billet à propos des camions-tram, une lectrice nous signale que l’Allemagne teste une voie dédiée aux camions avec caténaire. Elle relate aussi l’annonce d’un test d’autoroute à induction en Grande Bretagne, comme avenir de la mobilité électrique.

Taxirail. C’est un train léger et autonome qui pourrait circuler sur de petites lignes ferroviaires abandonnées, dont le rétablissement pourrait limiter les trajets en voiture, particulièrement pour certains navetteurs. Pas d’horaires fixes, ils se déplacent à la demande comme un taxi. La société française Taxirail devrait réaliser un premier démonstrateur cette année. Le projet et son illustration sont disponibles ICI.

Trottinettes encadrées. Après un trop grand nombre d’accidents et une insécurité croissante, la Région s’est décidée à définir des règles applicables à ce nouveau mode de déplacement. Age minimum 16 ans, une seule personne par engin et des emplacements désignés pour les ranger …  L’article de la RTBF en dit plus et Bruzz soulève 8 questions traduites ICI. Quant à BX1, il signale que le fédéral veut modifier le code de la route.

esquisses parues dans L’Usine Nouvelle et Taxirail

Happy Monday: Bruxelles se réjouit

Trottinettes en bon ordre. Des engins mal stationnés constituent le principal problème lié à ce nouveau mode de mobilité. Le parlement termine une ordonnance, qui devrait permettre aux autorités de déterminer des zones de stationnement spécifiques, en concertation avec les opérateursIl faudra terminer son trajet dans une de ces zones, sinon le prix de location continuera. La vitesse dans les zones piétonnes serait techniquement limitée. Pareil pour les vélos et scooters partagés.  

Besoin d’un vélo cargo ? Pas assez souvent pour en acheter un ? Désormais, Monkey Donkey propose une plateforme de partage de vélos cargo à Bruxelles. Suffit de créer un compte pour réserver un engin, lorsque le besoin s’en fait sentir. Un peu comme les voitures partagées de Cambio. Louer une heure revient moins cher que deux litres d’essence dans sa voiture. Avec le printemps et la hausse des prix des carburants, le succès est prévisible.

Le handicap ne se cache plus. Café Joyeux emploie et forme des personnes majoritairement atteintes de trisomie 21 ou de troubles cognitifs comme l’autisme. Leur objectif: rendre le handicap visible et favoriser la rencontre, en proposant du travail dans leurs restaurants solidaires, à des personnes éloignées de l’emploi. Leur joyeuse maison entend construire un modèle rentable et faire de la différence une force. Déjà actifs à Paris et à Lisbonne. A quand à Bruxelles ?