En quête de vérité

Non, nous ne sommes pas les lobbyistes de l’hydrogène. C’est évidement d’abord notre mobilité qui va devoir évoluer. Il ne s’agit pas simplement de substituer aux véhicules thermiques des véhicules électriques, qu’ils soient à batteries ou hydrogène. L’hydrogène aura un rôle à jouer pour certains usagers et vu l’incertitude des mutations en cours, il est essentiel de rendre disponibles toutes les pistes qui répondent à la contrainte environnementale. On en reparlera encore.

L’hydrogène ne résoudra pas tout, mais lorsqu’il est produit à partir d’énergies renouvelables, il peut produire simultanément de l’électricité et de la chaleur avec un rendement élevé et sans émissions de CO2. Toujours bien mieux que le diesel, le gaz ou le charbon. Et avec de nombreux avantages par rapport à la batterie.

Pour la production d’hydrogène propre, il faut se réjouir de plusieurs progrès récents. La découverte de réservoirs naturels d’hydrogène dont l’extraction est envisagée. La production d’hydrogène à partir des panneaux solaires Solhyd de la KULeuven. La production locale d’hydrogène à l’aide de systèmes photovoltaïques de quartier. Pour le stockage de l’hydrogène, sa transformation sous forme poudreuse semble prometteuse. L’Europe va créer une banque de l’hydrogène et l’Amérique a pris des mesures qui vont diminuer le prix de production d’hydrogène vert.

2 réflexions sur « En quête de vérité »

  1. Philippe

    L’hydrogène vert n’existe pas – même quand il est produit à partir d’énergie dite ‘renouvelable’.

    Outre la perte importante liée aux conversions chimiques vers/de l’hydrogène, il faut prendre en compte le contenu minéral des systèmes de production d’électricité.

    Par exemple, une éolienne, c’est beaucoup de fer, du cuivre, de l’aluminium, du chromium, du plomb, du molybdenum, du manganèse, du neodymium, du nickel, et plein de béton…

    La transition verte et digitale est une transition intensive en ressources minérales qu’il va falloir extraire et raffiner, en eau qui va être détournée d’autres usages, et en pollution issue de ces processus.

    J’aimerais voir ces dimensions reflétées dans de futurs posts de cet (par ailleurs excellent) blog.

    PS: pour être parfaitement clair, l’hydrogène semble être le meilleur carburant pour équiper les trains qui fonctionnent actuellement au diesel, les camions lourds, bâteaux, etc. – les choses sont moins claires pour les voitures individuelles.

    Répondre
  2. Jean-Michel Hoeffelman

    « il peut produire simultanément de l’électricité et de la chaleur avec un rendement élevé et sans émissions de CO2. ». Vous semblez oublier que le rendement de production de l’hydrogène à partir d’électricité renouvelable (ou nucléaire) ne dépasse pas 25%; le reste est perdu en chaleur dans la nature…

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.