Favoriser l’entre-soi ?

Billet d’humeur

En offrant des primes et en promettant un dumping fiscal aux commerces de standing du centre-ville qui accepteraient de venir s’installer dans les rues commerçantes d’Uccle, le bourgmestre et son échevine du Commerce espèrent débaucher quelques belles enseignes, voire même des théâtres. Ils semblent ne pas avoir de scrupules à accentuer sans vergogne la ville duale. Créer leur petit Neuilly-sur-Senne ?

Avec des commerces de luxe à leur porte, avec des livraisons à domicile et des cyclistes sous-payés pour leur apporter leurs repas, les Ucclois ne devront-t-ils bientôt plus quitter leur commune ? L’entre-soi érigé en mode de vie et la voiture individuelle en mobilité prioritaire ? Avec le bois de la Cambre comme autoroute urbaine …

Le retour des paroisses serait-il le futur de Bruxelles ? Peut-être une question de génération. Il est des jeunes qui finissent par s’ennuyer à Uccle. On commence à les voir au centre dès le jeudredi. Ils se donnent RV à la terrasse du café Au Soleil ou au Fontainas. Ils s’habillent chez Ramon et Valy ou chez  Privejoke. Ils sortent au Belgica, au Cabaret Mademoiselle ou Chez Maman ou alors à Saint Géry. Ouf !

Plus dans les analyses du Soir et de L’Echo.

2 réflexions sur « Favoriser l’entre-soi ? »

  1. brigittevermaelen

    Je suis Uccloise depuis 40 ans, habitant Uccle-centre dans une rue très sympathique encore assez mixte, où il y a de l’entraide entre voisin-e-s, avec un BBQ de rue le jour du dimanche sans voiture etc.

    Il me semble, vu les faits que tu relates et les réunions auxquelles j’ai assisté, que c’est une ambition de Boris Dillies de bobohiser la commune. Ce ne serait pas étonnant, il est très-très libéral, et l’association des commerçants – largement son électorat – opère avec lui un marquage à la culotte.

    Nous avons des problèmes de déplacement en transports en commun le soir , le w-e notamment, problèmes que la prolongation du métro va renforcer, vu son coût prohibitif. Michel Hubert l’a très bien démontré dans un billet précédent.

    Le prix des baux commerciaux est largement démentiel à Uccle-centre (je ne parle que de ce que je connais), avec des multi-propriétaires qui se fichent du fait que leurs biens ne soient pas loués, ils n’en n’ont pas besoin. Nous assistons de fait à une dualisation des commerces : soit ce sont des supérettes très bon marché en gros avec du « vlek » chée d’Alsemberg, soit ce sont des commerces chers et luxueux dans les « plus belles rues ».

    Les libéraux ont évidemment l’obsession de la voiture : comment imaginer de se déplacer autrement ? Nous avons notamment suggéré une navette électrique qui circule aux « jours et heures de pointe » dans les noyaux commerciaux, comme au Touquet (référence qui doit plaire à B. Dillies) pour éviter un parking sauvage consternant depuis le réaménagement (angélique, les citoyens n’ont pas été écoutés) du bas de la chée d’Alsemberg : nous nous barricadons maintenant avec des bacs à fleurs et des poteaux pour arriver à circuler à pied – ce qui diminue fameusement la largeur des trottoirs qui devait servir à de la multi-circulation douce – ou simplement sortir de la maison et y rentrer avec une poussette…

    Maintenant, comment les Ecolos peuvent-ils marcher dans cette combine ? Je ne le comprends pas.
    Il nous reste notre bulletin de vote pour la prochaine fois.

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.