Le Climat, c’est reparti

Dès le lendemain de la Marche pour le Climat, des activistes du bloc People Power ont occupé les locaux communs des partis Ecolo/Groen à Bruxelles. Etant au pouvoir, ils exigent que ces partis joignent le geste à la parole. Le collectif Tegengas Dégaz s’oppose au mécanisme de subvention de nouvelles centrales à gaz et exige l’annulation de la mise aux enchères prévue le 15 octobre. Les Verts répondent que le choix des centrales à gaz est « une mesure transitoire temporaire » indispensable si on veut éviter des ruptures d’énergie causées par les retards inacceptables de la sortie du nucléaire, pourtant décidée il y a 18 ans.

Au micro de DH Radio, Gilles Vanden Burre (Ecolo/Groen) estime qu’une décision « historique » a été prise au fédéral en décidant la réduction des émissions de CO2 de 233 millions de tonnes d’ici 2030. « Tous les six mois, chaque ministre du fédéral devra publier ses efforts en matière de CO2. Honnêtement c’est du jamais-vu dans l’histoire de ce pays ». Dans l’article qu’y consacre La Libre, il reconnaît que la Belgique n’a toujours pas d’accord sur la feuille de route qu’elle présentera à la COP 26 de Glasgow. En cause, la ministre flamande (N-VA) du Climat qui a une vision entièrement différente des autres entités fédérées.

Des jeunes – dont Greta Thunberg – viennent d’obtenir une autre décision historique quant aux effets néfastes du changement climatique sur les droits des enfants. Le Comité des droits de l’enfant de l’ONU a estimé « qu’un État partie peut être tenu responsable de l’impact négatif de ses émissions de carbone sur les droits des enfants à l’intérieur et à l’extérieur de son territoire ». L’inaction des dirigeants est considérée comme une atteinte aux droits de l’enfant. Vous en saurez plus sur cette première étape dans l’article de la RTBF.

photos unsplash

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.