Se sentir Bruxellois

Comment les jeunes Bruxellois issus de l’immigration se forgent-ils une identité ? Voire même des identités multiples ? La meilleur manière de le savoir est dans doute de le leur demander. C’est ce que des journalistes de Bruzz ont fait dans ce reportage vécu. Inscrit dans une école néerlandophone, Joseph vit dans une famille qui ne parle pas le néerlandais. « A la maison, je suis le Flamand de la famille, à l’école je suis le Francophone, mais aussi le Congolais ». Intéressant de constater comment l’identité perçue peut varier en fonction du contexte.

En traduction libre, voici comment d’autres filles et garçons de l’enseignement néerlandophone tentent d’exprimer leurs identités. « Quand quelqu’un dit quelque chose à propos des néerlandophones, je me sens directement concerné, surtout parce que je parle leur langue ». « Dans un bar, il m’arrive de passer commande en néerlandais, le serveur ne me comprend pas toujours. C’est ainsi que je perçois ce que l’on peut ressentir comme Bruxellois néerlandophone ».  « En soi, je reste peut-être davantage un Bruxellois francophone, mais je ressens un réel attachement à la culture néerlandophone ».  « La culture néerlandophone à Bruxelles est différente de celle de la Flandre. Surtout ces dernières années, elle a pris une direction différente, qui  me correspond davantage ». « Moi, je ne me sens pas tellement lié à la culture flamande, mais plutôt à un Bruxelles bilingue. Je ne suis ni Flamand ni Wallon ».

Un autre ajoute: « Je me sens vraiment comme un néerlandophone, un Flamand. En fait, je suis trilingue, mais le néerlandais est la langue que j’utilise le plus, même avec l’accent ». « L’identité est quelque chose qu’il faut décider en tant que personne ». D’autres encore s’interrogent ou proposent des solutions réalistes. « Pourquoi des partis flamands et francophones séparés ? alors qu’ils représentent souvent la même idéologie. Cela n’est plus nécessaire ». « Simplement: créer des écoles bilingues ou trilingues ». « Toutes les inscriptions en ville devraient être dans les deux langues  … et aussi en anglais ». « Importer à Bruxelles les tensions de la Belgique n’est pas une bonne idée ».

https://wordpress.com/post/bruxselsfuture.com/20280

photo Pixabay

1 réflexion sur « Se sentir Bruxellois »

  1. Philippe Van Parijs

    Oui, beau reportage dans Bruzz — et chouette rencontre ce matin.
    A ub de ces jours sur le piétonnier?
    Philippe

    Répondre

Répondre à Philippe Van Parijs Annuler la réponse.