Logements ou espaces verts ?

Controverses bruxelloises

Limité à ses 19 communes, l’espace disponible de la Région de Bruxelles s’avère restreint et précieux. La ville ne peut (heureusement) s’étaler sans fin. L’utilisation du sol suppose donc des choix. Choisir c’est renoncer. Pallier à la pénurie de logements ? ou répondre à la demande d’espaces verts de proximité des habitants ? Les controverses et les polémiques ne manquent pas, de la Ferme du Chant des Cailles à la Friche Josaphat et des logement sociaux supplémentaires à Molenbeek aux excès de « gentrification » des rives du canal.

Le manque de logements sociaux dans certaines communes et de logements conventionnés pour la jeune classe moyenne, justifient les permis de construction durable accordés par la Région sur les dernières friches disponibles. Des groupes de pression environnementaux ou partisans de l’entre soi retardent ou limitent leur mise en oeuvre, tandis que la rareté de l’offre de logement abordable contribue à l’augmentation constante des prix. Pourquoi pas l’ajout d’un ou deux étages sur des immeubles existants ? la réhabilitation de très nombreux immeubles à l’abandon ? la transformation des bureaux excédentaires en logement ? tout cela sans emprise sur le sol.

Le manque d’espaces verts de proximité dans certains quartiers justifie une opposition au lotissement d’un certain nombre de terrains, quand ce n’est pas au nom du maintien de la biodiversité. Une densification harmonieuse de la ville ne permettrait-elle pas le maintien d’espaces verts existants tout en évitant de miter complètement la campagne de la périphérie de Bruxelles ? Le retour d’une certaine agriculture nourricière peut-elle justifier l’existence des 3 hectares de prairies pour faire paître 5 vaches en ville ? Des choix judicieux ne s’imposent-ils pas eut égard aux pressions exercées par le lobbies du béton tout comme par les adeptes du « not in my backyard » ?

https://wordpress.com/post/bruxselsfuture.com/20269

photos be sustainable brussels et BX1

2 réflexions sur « Logements ou espaces verts ? »

  1. Francois Carton

    Bruxelles est, je crois, la deuxième ville la plus verte d’Europe après … Londres.
    C’est un atout majeur.

    Répondre
  2. bernard

    Bon sang de bon sang, cela fait 10 ans que j’écris partout à nos mandataires publics et à l’Arau de faire appel à des urbanistes et de faire des concours d’étudiants urbanistes.

    Non, il font appel à des bureaux d’études qui rendent (grand classique quand on veut s’assurer de futurs contrats) des rapports téléguidés.

    Cela en devient fatigant de banalité. Nos décideurs devraient voyager et s’inspirer des merveilles qui se font ailleurs.

    Pathétique et déprimant.

    Répondre

Laisser un commentaire