Un Musée du Chat ?

Ouverture prévue pour 2024, le Musée du Chat vient de recevoir son permis pour la construction d’un bâtiment à la gloire du Chat de Philippe Geluck, à proximité de la place Royale. Même parmi les fans du Chat, des questions se posent à propos de cette initiative promotionnelle, financée en grande partie avec l’argent du contribuable. Un Musée du Cartoon Belge, pourquoi pas ? Mais il y a déjà le Centre Belge de la Bande Dessinée pour l’accueillir. Et puis pourquoi un musée spécifique consacré à l’autopromotion d’un seul dessinateur de presse ?

A 18 millions d’euros, le budget fut un sacré challenge. Il sera financé pour moitié par la Région bruxelloise et à hauteur de 4,5 millions par la vente d’œuvres de Philippe Geluck, notamment les Chats de bronze exposés en mai sur les Champs-Élysées. Restent 3,5 millions à provenir de sponsors divers, tandis que l’auteur offrira une partie de ses planches originales aux collections de la Région de Bruxelles-Capitale.

Une pétition circule depuis dimanche pour demander à la Région d’abandonner ce projet. Elle a déjà recueilli plus de 1.700 signatures en trois jours. Vous pouvez la signer ICI. Parmi les artistes à l’initiative de cette démarche, on entend des voix s’étonner de ce projet très individuel, alors que des dizaines d’oeuvre d’artistes modernes reconnus et appréciés dorment dans les caves du musée de la rue de la Régence, faute d’un Musée d’Art Moderne ou d’un Musée du Surréalisme à Bruxelles.

6 réflexions sur « Un Musée du Chat ? »

  1. Jehan Snyers d'Attenhoven

    Le reportage TV de la RTBF parlait d’un musée du chat et du dessin satirique. Or ici, rien ‘est mentionné à ce sujet.

    Répondre
    1. Yvan Vandenbergh

      Vous avez raison. Le Musée du Chat sera « aussi » le musée du dessin satirique. Cela ne crée-t-i pas une certaine hiérarchie dans l’humour ? Mais ne voilà-t-il pas que face à ses détracteurs, Philippe Geluck se dit prêt à se retirer si on trouve une meilleur affectation à ce coûteux bâtiment ?
      https://www.lalibre.be/culture/politique/polemique-autour-du-musee-du-chat-philippe-geluck-se-dit-pret-a-se-retirer-608e8b6f9978e216983a9525

      Répondre
      1. potteve

        Pourquoi, dans ce cas, Philippe Geluck a-t-il présenté seul ce projet ? Ce serait sans doute mieux passé si plusieurs dessinateurs satiriques (Kroll, Kanar, Vadot, etc…) avaient porté ce projet ensemble.

        Répondre
      2. Yvan Vandenbergh

        Michel Van Roye a posté ce point de vue personnel:

        Je suis un fan du Chat, parce qu’à l’instar d’autres humoristes, Geluck apporte un regard décalé, drôle et souvent juste sur notre vie. Plantu et Kroll me semblent plus profonds dans leurs analyses, mais le Chat me réjouit toujours.
        La place d’un humoriste doit-elle être dans un musée, alors que son oeuvre se dessine très souvent dans l’instantané? Voir et revoir un tableau de Jérôme Bosch ou de Magritte : OK, mais des dessins du Chat? Dans un quotidien ou un hebdomadaire, oui, mais dans un musée? Et d’un Chat qui n’est pas polyglotte et ne s’exprime qu’en Français dans une capitale multilingue …?

        Par ailleurs, le service immobilier de la Région s’est comporté exactement comme le plus incivique des promoteurs immobiliers et a bruxellisé son patrimoine.
        Le bâtiment « 1930 » qui était occupé par la Cour des Comptes ou la Lloyd’s bank, a été racheté par les pouvoirs publics. Il était en parfait état d’époque : carrelages au murs, luminaires d’époque portes, fenêtres, huisserie idem, et parquet de chêne.
        Le Quartier des Arts s’est prononcé contre sa démolition programmée aux début des années 2000 et Charles Picqué nous a entendus.
        MAIS la Régie foncière régionale a complètement désossé le bâtiment, le ramenant à sa carcasse de béton et lui faisant perdre tout intérêt architectural et patrimonial. Et les années ont passé …
        Puis le Gouvernement a essayé de lui trouver une affectation, mais ceux qui faisaient offre, notamment des hôteliers, demandaient une intervention publique pour rentabiliser tout projet.
        Le bâtiment devant être démoli, la Région se trouve aussi devant une grosse difficulté qui est celle d’organiser la démolition d’un immeuble situé en intérieur d’ilot en évitant les vibrations préjudiciables à BOZAR et les débris devant sortir par le cul-de-sac de la rue Villa Hermosa …

        En même temps, la Région a installé une partie de ses services dans le quartier : Visit Brussels dans le BIP, Urban Brussels sur le Mont des Arts, Perspectives Brussels rue de Namur, et aurait donc pu valablement occuper elle-même les lieux.

        Geluck est apparu comme le sauveur, sa réputation parisienne impressionnant le Ministre-Président. Et là, on en arrive au mode de sélection de l’occupant qui semble n’avoir dépendu que des affinités d’un homme politique, sans intervention du monde culturel bruxellois ou de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Comme première intervention de la Région bruxelloise dans le domaine culturel, cela peut paraître étrange.

        Autres affectations culturelles possibles : COBRA dont l’invisibilité à Bruxelles est affligeante, Paul Delvaux dont la Fondation recherche une lieu, … Ou encore un espace où les banques DEXIA, ING ou Proximus, propriétaires d’importantes collections d’art moderne et contemporain, pourraient disposer d’un lieu commun où exposer périodiquement ou par roulement
        une partie de leurs oeuvres …

        Répondre
  2. Kirsten

    Cher Yvan, en effet, grand étonnement le week-end passé en voyant qu’il y a un permis délivré à un musée « Le Chat » en plein cœur du Mont des Arts – les musées existants financés par la Région avec des chef-d’œuvres mondiaux tel que le Cinquantenaire meurent à feu lent manque de financement et Bruxelles investit dans un musée “le chat”? Non pas dans un musée de la caricature politique, qui pourrait avoir un attrait plus que local, non, un musée unidimensionnel… je pensais qu’après la création du Kanal, installation qui faute d’infrastructure HVAC ne peut exposer que certains œuvres ne nécessitant pas température et humidité constante (je ne veux même pas entrer dans la polémique du partenariat avec Pompidou…) on aurait compris qu’il faut surtout d’abord investir dans la préservation du patrimoine???
    Cela ressemble un peu au musée Wiertz, unidimensionnel, délaissé aujourd’hui faut d’intérêt avec un nr de visiteurs par jour à compter sur les deux mains.
    Pour être claire: j’adore « le chat », le trouve rigolo, décalé, souvent juste, c’est la politique muséologique de Bruxelles et son manque de priorités qui me laisse songeuse….

    Répondre
  3. potteve

    Le Chat n’est pas mon personnage préféré, mais le talent de Geluck est indéniable, tout comme sa popularité. De là à faire une musée uniquement consacré au Chat, il y a une marge et un côté mégalo-narcissique. Je trouve aussi que la place du Chat serait plutôt au Musée de la BD, qui est un endroit magnifique à tous points de vue et bien localisé dans le centre de Bruxelles. Pourquoi faire sécession d’avec les autres dessinateurs talentueux, belges ou autres ?

    Répondre

Répondre à Yvan Vandenbergh Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.