Une autre économie en vue ?

___________________________________

Suite à la crise sanitaire et à l’attribution de fonds de relance accordés par l’UE (1), on va pouvoir privilégier le qualitatif, donner du sens, remettre l’économie au service de l’intérêt général… ce sont Aurore Lalucq – députée européenne –  et le chercheur hongrois Vincent Liegey qui affirment cela dans Alternatives Economiques. Il et elle énoncent des pistes pour mettre un nouveau modèle en place. Croissance ou décroissance ? Cela revient à se référer à un indicateur datant de 1944, pensé pour la reconstruction d’après-guerre. C’est absurde. Il faut sortir de l’obsession de cet indicateur, passer du plus au mieux.

Le confinement a permis à beaucoup de personnes – notamment aisées – de se demander ce qui comptait vraiment dans leur vie. Beaucoup se sont alors aperçues de la toxicité de leur rythme de vie, de leur travail, et ont pu se focaliser de nouveau sur leurs enfants, leur alimentation et leur santé. Il y a là des leviers de transformation vers un monde où la recherche de sens domine. Pendant ce temps, d’autres ont continué à travailler dans de très mauvaises conditions, sans voir leurs enfants, en faisant la queue pour l’aide alimentaire… S’interroger sur sa consommation est souvent un luxe que certains n’ont pas. Il est plus simple de renoncer à certains biens quand on y a déjà goûté.

Pourquoi sommes-nous autant attachés à un système qui ne nous fait plus de bien ? Ne pas oublier que l’écologie est une question de pauvres. Ce sont les riches qui polluent le plus et les pauvres qui souffrent le plus de la pollution. Au niveau européen, le Green New Deal peut créer des millions d’emplois dans la protection de la biodiversité ou la rénovation thermique des bâtiments. La relance post-coronavirus ne doit pas être une occasion de relancer les boulots inutiles. Des « entreprises à mission » qui agissent pour le bien commun :… impossible ? Vous en saurez plus en lisant de plus larges extraits de leur réflexion.

(1) s’il faut se réjouir d’apprendre que les entités fédérées de Belgique sont arrivées s’entendre sans drames pour la répartitions du gateau européen, certains s’interrogent sur les minces 6,7%  attribués à Bruxelles, alors que la Région produit 20% de la richesse du pays.

Une réflexion au sujet de « Une autre économie en vue ? »

  1. Yvan Vandenbergh Auteur de l’article

    Un commentaire introduit par François Carton.

    Merci de cet écho d’un article qui rend l’espoir en un monde moins primaire via une économie recentrée sur l’homme plutôt que sur l’augmentation du dividende.

    Comme dit l’article, la publicité « colonise nos esprits ».
    Ajoutons-y les techniques de production, de marketing et de com qui, à force de subdivisions, d’obsolescences programmées et de fausses nouveautés « pour améliorer notre produit » nous prennent vraiment pour des c…
    Ajoutons-y aussi les techniques de management et leur « protocole » qui, « pour améliorer notre service » (voix sucrée insupportable), nous dépouillent de notre humanité en nous transformant en rats dans des labyrinthes. Vous avez essayé dernièrement de contacter un être humain responsable dans une entreprise, une banque ou une administration ? C’est devenu un exploit digne des plus grands marathoniens. C’est surtout une grande honte sociale.
    Toutes ces techniques encouragent un mode de vie devenu obsolète et toxique. Sous prétexte d’augmenter la consommation et de diminuer les coûts encore et encore (vous remarquerez qu’il n’est JAMAIS question de diminuer les dividendes ou d’augmenter les salaires), elles ne font que détruire du lien social et rendre les gens agressifs.
    Elles sont de moins en moins adaptées, dans leurs excès actuels, à la nouvelle urgence planétaire : sauver la Terre. La nécessaire mutation économique que cela implique devrait les encadrer par des lois adaptées. Fameux défi.
    Bruxelles (répartition de la manne UE) :
    Il nous faut des hommes politiques fermes et indépendants de leurs hiérarchies communautaires. Il nous faut des hommes d’état inspirés plutôt que des politiciens gestionnaires. A défaut, la RBC va – continuer à ? – se faire tondre la laine sur le dos…

    J'aime

    Répondre

Laisser un commentaire.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.