Happy Monday: une plante contre la covid-19

________________________________________

Soigner la covid-19 avec une plante ? Ça se saurait. Pas si sûr. N’étant pas médecin, je me suis toujours abstenu d’émettre un avis sur les moyens choisis pour lutter contre le virus SARS-Cov-2. Si on parle sans cesse de vaccins, n’est-il pas étonnant que l’on parle si peu de traitements à utiliser dès les stades précoces, afin de diminuer les risques d’hospitalisation et de décès ?  On se souviendra de la saga de la chloroquine issue de la quinine. Aujourd’hui, c’est une autre plante utilisée contre la malaria, qui commence à faire parler d’elle pour lutter contre les effets de ce coronavirus chez les humains: l’Artemisia annua (armoise annuelle). Elle est connue depuis 2000 ans en médecine chinoise. Les soldats d’Ho Chi Minh se soignaient à l’Artemisia durant la guerre du Vietnam et elle a valu le Prix Nobel de médecine à la chinoise Tu Youyou dès 2015.

Voilà que cette petite plante très banale commence enfin à être évoquée avec intérêt, notamment par la RTBF. Il a déjà été vérifié qu’elle a une action in vitro sur le coronavirus SARS-Cov-2, responsable de la covid-19. Le très sérieux Institut Max Planck a constaté qu’elle prépare le corps et permet d’atténuer la charge virale. Des études sont en cours en Californie et des tests réalisés sur 360 patients au Mexique. La Maison de l’Artemisia fait le point sur ces recherches.

La vente de produits à base d’Artemisia a été interdite en Belgique comme en France. Voilà ce que dit le docteur Van Snick de ce blocage par les lobbies pharmaceutiques. Après brevets, faudra donc attendre que l’industrie pharmaceutique vende la plante sous forme d’artemisine pour s’en procurer. En phytothérapie, on constate cependant qu’il y a intérêt à utiliser la plante en « totum », la synergie de ses composants plutôt que le seul extrait de son principe actif. Le parasite développe très vite des parades face à une seule molécule, alors qu’il lui est plus difficile de contourner l’ensemble des propriétés de la plante. Mais voilà, une plante qui pousse partout, qui n’est pas chère,…  mais qui n’est évidemment en aucun cas brevetable.

photo extraite de La Maison de l’Artemisia

 

Laisser un commentaire.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.