Légitimité de l’usage de la force

_____________________________________

Seules les forces de l’ordre sont autorisées à faire usage de la force, encore faut-il que ce soit une réponse légitime et proportionnelle. Les manifestations pacifiques des membres d’Extinction Rebelion à la place Royale ou celles du personnel soignant, ont révélé une perte de sang-froid et parfois même une colère ou un acharnement de la part de certains membres des forces de l’ordre. Le commissaire Vandersmissen – dont on peut s’étonner qu’il fut encore en charge du maintien de l’ordre avec le tempérament vengeur qu’on lui connaît – a dû être temporairement suspendu de ses fonctions, suite à l’indice d’un dérapage, qu’il conteste par ailleurs.

Suite à la mort du jeune Adil fuyant un contrôle et aussi celle de Medhi, par des policiers blanchis par le parquet, la tension monte et les caillassages des forces de police se multiplient, même si le chef de corps met l’augmentation des plaintes en doute. Si le respect réciproque entre policiers et citoyens devrait être en mesure de réguler la protection des citoyens et le maintien de l’ordre, force est de constater que ce respect mutuel fait trop souvent défaut.
Le maintien de l’ordre sera l’objet de la prochaine rencontre d’Aula Magna le 7 novembre.

Si le sujet vous intéresse, on projette actuellement au Vendôme et à L’Aventure le documentaire « Un pays qui se tient sage », dont l’auteur est interviewé ICI. Il questionne la légitimité de la violence d’Etat à partir de vidéos de témoins  (l’arme des citoyens) et de commentaires de sociologues, de philosophes et de juristes, dont la remarquable Monique Chemillier Gendreau. Le film concerne la situation française et peut sembler largement à charge, vu que la plupart des responsables de l’ordre public ont refusé de s’exprimer. On y fait sans doute aussi trop facilement l’impasse sur les casseurs professionnels, qui se mêlent régulièrement aux manifestations citoyennes. Une autre émission étend ICI le débat qui agite d’autres pays d’Europe.

 

Une réflexion au sujet de « Légitimité de l’usage de la force »

  1. LM

    La violence ne devrait jamais être légitimée. Elle devrait être bannie de la société. On fonctionne avec des coups ou avec des lois ? Prenons le cas de la police. Le policier tape avec sa matraque, puis met les menottes, puis amène au commissariat et seulement là, on demande à celui qui a été amené, ce qu’il s’est passé. Celui-ci a à peine le temps de répondre qu’on l’emmène déjà en cellule, et là 3 choses peuvent se produire : 1) il n’a rien fait et on le libère 2) il a fait quelque chose de répréhensible et on l’emmène en prison 3) on le maltraite et il meurt. LM

    J'aime

    Répondre

Laisser un commentaire.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.