La ville dont nous avons besoin

__________________________________

Face au virus, le retour à la campagne est-il une solution ? La campagne brabançonne, déjà fort mitée par l’exode des Bruxellois, ne suffirait pas à accueillir tous les citadins qui disposent des moyens de s’y domicilier. Les lotissements ne tarderaient à lui faire perdre le caractère bucolique qui fait son attrait. Et ne parlons pas du ring, dont les embouteillages deviendraient permanents, même avec élargissement. Rester en ville n’est pas une fatalité et peut être un plaisir. Mettons-y nos conditions.

La ville doit se préparer à un monde plus chaud et limiter les déplacements en véhicules privés, surtout avec conducteur solo. Elle doit donc faire plus de place à des transports en commun en site propre. Elle doit faciliter les déplacements à pied et en vélo en toute sécurité. Elle doit cesser d’être minérale, imposer la végétalisation des bâtiments, augmenter les espaces verts de quartier et multiplier les forêts urbaines et les plans d’eau. Une feuille de route y invite. La ville doit aussi favoriser la mixité, en implantant des logements accessibles et des logements sociaux dans toutes les communes. C’est déjà tout un programme, mais c’est à ce prix qu’il pourrait faire bon vivre en ville …  et il restera toujours une vraie campagne pour s’y promener.

Je ne résiste pas au plaisir de vous communiquer le grand éditorial que le New York Times vient de consacrer à « The Cities We Need » et comment nous pouvons les sauver. C’est à la fois une ode et un plaidoyer pour la ville et un bilan de tout ce que les villes ont apporté à l’humanité. L’éditorial complet en anglais est ICI, mais je vous en ai traduit une grande partie en français avec DeepL.

 « Les villes ont été des moteurs de croissance et des opportunités. Ce sont les endroits qui nous permettent le mieux de prendre soin les uns des autres, pour interagir les uns avec les autres, pour construire ensemble. Les villes restent des moteurs économiques et des centres culturels et la densité reste le meilleur moyen de limiter l’impact des humains sur l’environnement … ».

 

Laisser un commentaire.

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.