Des Bruxellois sauvés par la chloroquine

_______________________________________

Un certain nombre de Bruxellois – dont des médecins – auraient été sauvés grâce à l’association de chloroquine et d’un antibiotique, administrés en hôpital. Bien que le dérivé Plaquénil n’ait pas été mis sur le marché pour soigner les malades du covid-19, associé à l’azithromycine, il aurait déjà guéri rapidement de nombreux patients, et pas seulement à Marseille, chez le médiatique professeur Raoult, mais aussi en Chine, en Allemagne, en France … Bien sûr, ses effets sur le coronavirus n’ont pas encore eu le temps d’être vérifiés selon tous les standards requis par la science et les gouvernements. Un magazine fait le point.

En vente libre depuis 1935, sous le nom de Nivaquine, la chloroquine a lutté contre la malaria, dont l’agent a fini par devenir résistant. Nivaquine et Plaquénil ont trouvé une deuxième vie en se montrant actifs sur le lupus érythémateux disséminé et la polyarthrite rhumatoïde. Les effets secondaires sont peu nombreux et bien connus. Faute d’un médicament spécifique pour lutter contre le covid-19, il s’est avéré aujourd’hui, que le Plaquénil associé à l’azithromycine a permis de guérir beaucoup de malades, même si les preuves scientifiques manquent encore et que la polémique se poursuit.

Agréé depuis 2004, le Plaquénil se montre particulièrement efficace dans les premières phases de la maladie. Son effet préventif n’est pas encore suffisamment établi. Il est bon marché (30 comprimés pour 4 euros) et était encore en vente libre jusqu’il y a peu. Aujourd’hui, vous ne le trouverez plus en pharmacie, même avec une prescription de votre médecin. Il ne peut être administré qu’à l’hôpital, c’est à dire quand les patients sont déjà trop fortement atteints. Des médecins généralistes s’opposent donc violemment à cette mesure, qui les empêche d’agir en première ligne et encombre inutilement les hôpitaux. Voyez le cri de révolte du docteur Ménat de Toulouse.

L’essai clinique Discovery sur de nouveaux traitements a commencé. On y a finalement rajouté le Plaquénil, mais sans l’azithromycine et sur des patients à un stade avancé. Dans ces conditions, on peut s’attendre à un score disqualifiant. Certains ne sont pas loin de penser que ce n’est pas par hasard: un médicament ancien et peu coûteux, risque de concurrencer un traitement spécifique juteux recherché par toutes les entreprises pharmaceutique de la planète.

Merci aux deux docteurs en médecine qui ont relu et complété ce billet.

 

Laisser un commentaire.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.