Julian Assange: mise au point

________________________________________

« Le 19 novembre 2019, le parquet suédois a annoncé classer sans suite l’enquête pour viol, faute d’avoir réuni les « preuves requises pour une condamnation » alors que les faits seront prescrits le 17 août 2020. Il a été arrêté à Londres ce jeudi. Dans la foulée, les Etats-Unis ont réclamé son extradition. Il y est inculpé pour piratage informatique et risque cinq ans de prison maximum» (Le Monde). La demande d’extradition n’a donc pu être basée sur «une agression sexuelle présumée et jamais clarifiée» comme annoncé par erreur dans mon billet du 21 janvier 2020 sur base d’une information erronée.

Il faut que je remercie les lecteurs du blog pour leur vigilance et pour leurs salutaires réactions. Plus particulièrement Vincent Périlleux, qui nous a alerté et a sollicité l’avis de Marc Molitor – ex journaliste RTBF. Il a été suivi par une mise au point de Pascale Vielle – professeure de droit à l’UCLouvain.

Si vous désirez disposer d’une vue d’ensemble de la situation intolérable vécue par le “père” des lanceurs d’alerte, vous pouvez utilement consulter le site Belgium 4 Assange. Ce qui compte aujourd’hui, c’est de se préoccuper et de se mobiliser en faveur de la santé physique et mentale de celui qui paie cher d’avoir révélé la vérité.

Une lectrice nous envoie ces quelques phrases d’une chanson de Guy Béart de 1992: La vérité

Le premier qui dit se trouve toujours sacrifié
D’abord on le tue
Puis on s’habitue
On lui coupe la langue on le dit fou à lier
Après sans problèmes
Parle le deuxième
Le premier qui dit la vérité
Il doit être exécuté.

2 réflexions sur « Julian Assange: mise au point »

  1. BERNARD GENTIL

    Monsieur Obama avait décidé d’abandonner les poursuites contre Julian Assange. C’est Donald Trump qui a relancé les attaques. Pourvu que Jo Biden fasse comme Monsieur Obama.

    ________________________________

    Répondre
  2. Bernard Gentil

    Merci – et ce gouvernement anglais : quelle honte de l’avoir arrêté de la sorte, comme si c’était un dangereux terroriste.

    Répondre

Laisser un commentaire