Voterez-vous pour des gens ? 

___________________________________

Rien ne sert de protester si on ne vote pas. Nous irons donc voter dimanche.
Aux élections communales les enjeux ne sont pas les mêmes qu’aux régionales, aux fédérales ou aux européennes. Aux communales nombre de Bruxelloises et de Bruxellois votent pour des gestionnaires, plutôt que pour des partis. Pas obligatoire de voter case de tête (1) au profit de candidat.e.s placés dans l’ordre établi par le fameux Poll de chaque parti (2), parfois au prix de longs marchandages internes. Chaque électeur a le droit d’octroyer sa voix à la candidate ou au candidat à qui il fait confiance, qui lui semble le plus apte à gérer la commune et il a même le droit de cocher le nom de plusieurs candidat.e.s, mais à l’intérieur d’une même liste. Le panachage sur plusieurs listes n’est pas possible.

A titre d’exemple – et sauf surprise – à Bruxelles Ville, les citoyen.ne.s auront pour bourgmestre Philippe Close, Alain Courtois ou Fabian Maingain. Qui de ces trois est le plus apte à gérer la Ville ? C’est à cette question que seront confrontés les votants, au-delà du parti auquel appartiennent ces candidats. A Schaerbeek, qui va prendre le risque de ne pas voter pour un Bernard Clerfayt – quel que soit son parti – alors qu’il a singulièrement relevé cette commune qu’il a sauvée du « nolsisme » ? Et il y a d’autres exemples. Bien sûr, les jeux ne sont pas faits et le jeu des alliances – voir des accords préélectoraux secrets – peuvent déboucher sur des nominations de bourgmestre qui ne correspondent pas au choix des électeurs. En Wallonie, c’est le parti qui a récolté le plus de voix qui désigne comme bourgmestre le candidat qui a récolté le plus de suffrages. Un système sans doute plus respectueux du choix de l’électeur. Deux Belges sur trois veulent pouvoir choisir directement leur bourgmestre (3).

Le cumul n’étant toujours pas interdit, il est sans doute opportun de se renseigner sur les intentions des personnes qui convoitent vos suffrages. S’ils sont élus et deviennent échevins ou bourgmestre, le seront-ils à temps plein ou à mi-temps, en cumulant cette responsabilité avec d’autres charges ? Ou céderont-ils leur écharpe à un colistier ?

(1) Une explication détaillée peut être trouvée dans l’excellent petit « Vocabulaire politique » rédigé par le CRISP : http://www.vocabulairepolitique.be/case-de-tete/
(2) Sauf le parti Plan B qui tire les places au sort
(3) Le Soir – Grand baromètre: deux Belges sur trois veulent choisir directement leur bourgmestre. L’article est ICI

Laisser un commentaire.

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.