La renaissance du Conservatoire

© vzw Conservamus

Cette fois, ça y est, le master plan est approuvé et apprécié. C’est une société anonyme a finalité sociale qui prendra le chantier en charge. Elle est composée des communautés française et flamande et de Beliris au fédéral. La Régie des Bâtiments leur a vendu le Conservatoire pour 1 euro symbolique. Elles mettront chacune 20 millions pour couvrir le programme de restauration et d’extension du bâtiment de Cluysenaar qui se chiffre à 60 millions d’euros. Tous les détails sont ICI.

Si les 20 millions déboursés par Beliris pour entretenir un bâtiment appartenant au fédéral pouvait sembler singulier, aujourd’hui que le bâtiment revient à Bruxelles et aux deux communautés qui y enseignent, la situation se normalise. L’asbl Conservamus, qui s’est beaucoup impliquée pour faire avancer ce dossier et à même sollicité la contribution des Bruxellois pour refaire tous les châssis d’un bâtiment appartenant au fédéral, gardera un oeil attentif sur l’exécution des décisions prises.

Ne croyez pas voir des ouvriers dès demain. Didier Reynders envisage le début des travaux pour 2023, vu les études approfondies à réaliser, les permis à obtenir et les appels d’offre à lancer. Le projet de l’association Origin-A2RC architects-FVWW relie les bâtiments de la rue de la Régence à ceux de la rue aux Laines par une sorte de rue intérieure qui créera le lien entre les deux parties et permettra l’installation d’un jardin intérieur propice aux rencontres pour les étudiants et les visiteurs.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2 réflexions sur « La renaissance du Conservatoire »

  1. Philippe Severyns

    Attribution du projet à A2RC avant d’impliquer le bouwmeester ? Tiens, tiens. Nous sommes, sans doute, tous contents que le monument soit sauvé mais la méthodologie est farfelu.

    Répondre

Répondre à Philippe Severyns Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.