Un enseignement qui ne favorise pas le multilinguisme

________________________________

Face à la pauvre qualité de l’enseignement du néerlandais dans les écoles francophones de Bruxelles, un nombre croissant de parents inscrivent leurs enfants dans l’enseignement néerlandophone bruxellois et même dans la périphérie de Bruxelles, faute de places.

En périphérie, la riposte se prépare, c’est Bruzz qui le déclare ICI. Dans Le Soir, Bernard Demonty écrit : L’affaire n’a pas fait grand bruit, mais pourrait susciter la controverse : le gouvernement flamand s’est entendu au début de ce mois pour mettre en place un dispositif permettant de donner priorité aux familles flamandes dans les écoles néerlandophones de la périphérie. Il s’agit d’un accord de principe. Reste à trouver le mécanisme juridique qui le permettra. Vous lirez la suite ICI.

Quand il y a 80 % de francophones et seulement 20 % de néerlandophones dans certaines écoles, le risque est grand de leur faire perdre leur caractère néerlandophone. « Or le néerlandais ne s’apprend pas seulement au contact du professeur, souligne Jo De Ro, député flamand et échevin de l’enseignement à Vilvorde. Il s’apprend aussi au contact des autres élèves. »

Laisser un commentaire.

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.