2048: Bruxsel sous eaux

Le calme d’une ville immergée, des images d’une douce étrangeté, l’exposition de l’artiste Areti Gontras – formée à la Cambre – imagine Bruxelles en 2048, après la fin de l’humanité.

Une véritable bande dessinée baroque représente le moment du choc, tandis que les vitraux évoquent le retour du calme après le réchauffement climatique, les ruines romantiques d’une ville désertée les pieds dans l’eau.

C’est à la chapelle de Boondael à Ixelles, seulement aujourd’hui et demain de 14 à 19 heures.

Laisser un commentaire.

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.