Algorithmes: démocratie en péril ?

______________________________________

A Bruxelles, comme ailleurs, les données récoltées massivement sont en passe de conditionner notre avenir à notre insu. Antoinette Rouvroy – juriste et philosophe du droit – tire la sonnette d’alarme dans une interview passionnante parue dans L’Echo: l’usage abusif des big data porte atteinte à notre liberté, celui qui détient les données acquiert un pouvoir de production de l’avenir, tout le monde est seul devant son écran, Facebook n’est pas un espace public.

L’affaire Cambridge Analytica – qui a exploité de manière indue les données personnelles de 50 millions d’utilisateurs de Facebook – vient de démontrer la gravité de la situation. Un scandale qui a jeté une lumière crue sur les périls que l’économie prédictive des plateformes fait peser sur la démocratie.
Une réflexion de fond qui vaut la peine d’être lue, ainsi d’ailleurs que les conclusions publiées le lendemain par Joan Condijts.

Extraits:
 » Le réel se gouverne lui-même: le néolibéralisme n’aurait pas pu rêver mieux. Ce sont les moins nantis qui vont être le plus touchés, car on ne présuppose plus que les individus soient capables de faire des choix. On va exacerber leurs peurs pour générer des réflexes. Ceux qui n’ont pas accès à un bon niveau d’éducation, ceux qui n’ont pas d’opinions, ceux qui vivent au jour le jour seront très vulnérables. Il n’y aura plus de concurrence possible avec des gens « augmentés ». La réalité virtuelle sera faite pour les plus pauvres afin d’éviter les révoltes. C’est le vieux système de la manipulation des masses qui va ressurgir, mais avec des outils inédits.  »
 »  La vie n’est pas une juxtaposition d’éléments simples. Les big data dispensent d’être confronté à un monde indécidable, comme si l’être humain ne devait plus assumer le caractère tragique de l’existence. Mais c’est très important l’incertitude. L’incertitude justifie l’existence du lien social et du langage. Nous avons besoin de parler, car nous percevons le monde de façon différente. C’est la condition pour habiter un monde commun. Nous voulons comprendre le monde et pas seulement le prédire « .

> Lettre ouverte à un élu à propos de la numérisation des écoles ICI

Une réflexion au sujet de « Algorithmes: démocratie en péril ? »

  1. LM

    Comment les gens peuvent-ils être tombés dans ce piège? Depuis le début, il fallait se méfier ! Ne pas croire que Facebook et les autres allaient recevoir des données sans les utiliser.
    « Quoi – me dit-on – tu n’es pas sur Facebook, sur…? Non – je réponds – je me méfie. Moi – me répond-on – je ne me méfie pas car je n’ai rien à cacher ».
    Et l’utilisation de nos données? Et bien les gens, même les plus intelligents, n’y ont-ils pas pensé?
    Ai-je raison? ou n’ai-je rien compris de votre article?
    Doit-on envoyer cet article à la terre entière? Oui, j’ai peur…
    LM

    Répondre

Laisser un commentaire.

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.