Construire le futur

________________________________

Bruzz annonce que Pascal Smet et le bourgmestre d’Anderlecht ont manié la truelle de concert pour poser la première pierre du parking de 1.350 place qui sera relié à la station de métro CERIA et fait le pari de la dissuasion automobile. Son rez-de-chaussée comportera une zone très accessible offrant 270 emplacements pour vélos et 150 places équipées de bornes de chargement pour vélos électriques et voitures partagées. Présenté comme une solution d’avant-garde pour réduire la congestion automobile, il sera livré fin 2018 pour un coût de 14 millions d’Euros.

On peut se poser trois questions :

  1. Vu la superficie limitée à 19 communes de notre Région, est-ce bien sur notre territoire qu’il fallait construire aujourd’hui un parking de dissuasion principalement destiné aux navetteurs du Brabant flamand ?
  2. Vu le montant de l’investissement, il faudra bien 30 ans pour amortir cette infrastructure, mais qu’est ce qui permet de dire que ce parking sera toujours utile pour le type de mobilité que connaîtra Bruxelles en 2048 ?
  3. Vu la hauteur de plafonds réduite des étages de parking, quelle reconversion possible pour ce bâtiment lorsqu’il sera devenu obsolète ?

Tout cela a–t-il fait l’objet d’une réflexion prospective avant le lancement de ce chantier et de ceux qui vont suivre ? Toute construction de cette importance ne devrait-elle pas prévoir, dès sa conception, les réaffectations possibles ?

3 réflexions au sujet de « Construire le futur »

  1. Frenay Patrick

    Vous posez la Q de l’amortissement de l’investissement; je vous dirai que la durée en est l’infini parce que les coûts de gestion seront sans doute loin d’être couverts par les recettes des usagers (qui revendiqueront la gratuité compte tenu de leur ‘bonne’ conduite) et qu’aucune autre forme de prise en charge (que publique) ne permettra d’en couvrir – peu ou prou – le coût
    Est-ce dès lors de la bonne gestion de l’argent public: comme vous le dites, certainement pas !

    Répondre
  2. David Roulin

    La convertibilité du bâti est un des multiples conditions du développement durable. Ne pas la considérer comme une axe conceptuel de première nécessité aujourd’hui, c’est se soucier bien peu de ce que nous laissons en héritage aux générations futures. L’appliquer dans le cadre de la construction de silos pour parking est d’autant plus important que la mobilité automobile est en passe de subir une mutation sans précédent dans les dix prochaines années… La mutation des consciences, des comportements et des usages est malheureusement beaucoup plus lente.

    Répondre
  3. Moreels

    Comme tjrs chacun travaille de son côté
    il n’a aucun plan global on dépense sans aucun soucis de rentabilité normal avec 19 communes et les régions etc…. Agissons

    Répondre

Laisser un commentaire.

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.