Le bus high-tech du futur

Le patron de la STIB n’en a pas parlé hier. C’est Citylab qui l’a repéré, mais est-ce bien un bus ?
Il tient à la fois du train sans conducteur, du tram sans rails et du bus électrique. Ses capteurs repèrent le tracé de l’itinéraire marqué par une simple peinture sensible. Il fonctionne déjà sur 3,2 km dans la ville de Zhuzhou en Chine qui en dit plus ICI.

Outre la Chine, on s’y intéresse déjà dans plusieurs villes du monde dont Miami.

Bruxelles dispose-t-elle de suffisamment de larges boulevards pour l’implanter avec succès ? On aurait pu l’imaginer sur des boulevards comme Lambermont ou Reyers, tout comme sur l’avenue de la Woluwe, où l’option tram classique a été préférée.

1 réflexion sur « Le bus high-tech du futur »

Laisser un commentaire