Qui gouverne Bruxelles ?

________________________________

Vous me posez la question face à l’imbroglio causé à Bruxelles par Benoît Lutgen. La réponse est simple: le gouvernement régional bruxellois composé d’une coalition de partis issus des dernières élections et liés par un accord de majorité gouverne toujours la Région. Il n’est pas en  » affaires courantes « .

Qui veut faire tomber ce gouvernement doit présenter une majorité alternative. Par l’intermédiaire de son chef de groupe Benoît Cerexhe, le cdH a réaffirmé ne plus vouloir gouverner avec le PS après l’affaire du Samusocial. Comme son parti n’a pas réussi à présenter une majorité alternative, le gouvernement actuel reste en place.

Situation délicate pour Céline Frémault, la ministre de l’Environnement cdH, sommée de suivre les directives de son président de parti bastognard et reprises par Benoît Cerexhe qui verrait bien le MR remplacer le PS, mais qui n’a pas réussi à obtenir le soutien de Défi pour constituer une nouvelle majorité.

Tout cela ne semble pas susciter auprès d’un grand nombre d ‘élus cdH de Bruxelles le désir de se constituer en un parti humaniste bruxellois.

3 réflexions au sujet de « Qui gouverne Bruxelles ? »

  1. Yvan Vanderbergh

    Merci pour votre commentaire que je partage entièrement. Il est temps que cela change et cela dépend en grande partie de nous (pas le vote des étrangers aux régionales qui dépend du fédéral). Le ministre-président à l’Hôtel d eVille et le parlement bruxellois à la Bourse, l’agora des citoyens.

    Répondre
    1. Guillaume Durand

      Merci pour votre réponse. En effet, cette question du vote des étrangers aux régionales est politiquement difficile mais elle constituerait un énorme facteur de changement: Beaucoup des étrangers qui habitent la région bruxelloise sont perdus dans la complexité des institutions communales et régionales et ne comprennent pas qui est responsable de quoi. S’ils avaient l’opportunité de choisir un ministre-président et une équipe qui prendrait les décisions importantes pour l’agglomération, je suis sûr qu’ils de déplaceraient en masse (leur participation aux élections communales est extrêmement basse, et la plupart ne sont même pas inscrits sur les listes électorales). Sans doute que la solution la plus « simple » serait la fusion des communes bruxelloises en une seule? Il faut amener tous les partis bruxellois à se positionner très clairement sur le sujet en vue des communales de l’année prochaine.

      Répondre
  2. Guillaume Durand

    Le problème est bien plus grave. Qui parmi les habitants de la région connaît le nom du ministre-président bruxellois? Comment sa responsabilité et celle de son gouvernement est-elle mise en jeu, en pratique, devant les citoyens bruxellois en l’absence d’une réelle « agora » régionale et, notamment, comme vous l’avez souligné récemment, de médias régionaux susceptibles de parler à tous les habitants de la région dans leur diversité? Notons aussi que si les étrangers européens et non-européens qui forment presque la moitié de la population de la région peuvent voter aux élections communales (même s’ils le font trop rarement), ils ne peuvent le faire aux élections régionales – une anomalie démocratique de première ampleur!

    Répondre

Laisser un commentaire.

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.