Qualité de l’air: Anvers devance Bruxelles

____________________________

A Anvers, la zone à faible pollution existe depuis le 1er février dernier, à Bruxelles, faudra attendre 2018. Les critères sont aussi différents :  à Anvers, seuls les véhicules circulant au diesel avec une norme environnementale européenne à partir de 3 (avec filtre à particules) sont admis dans les zones à faibles émissions, à Bruxelles, les voitures avec une norme Euro 2 seront admises jusqu’au 1er janvier 2019 et celles avec une norme Euro 3 et sans filtre seront admises jusqu’au 1 janvier 2020.

Non seulement Bruxelles est à la traîne, mais elle se distingue d’Anvers, alors qu’il faudrait tendre à se rapprocher en vue de l’établissement d’une norme et d’une signalisation unique pour toute l’Europe.

Un article de Touring fait remarquer  » que des critères  qui varient rendent les choses très compliquées pour les automobilistes. Un pays utilise des autocollants pour identifier les véhicules, un autre le fait avec la plaque d’immatriculation, dans telle zone l’accès est payant, dans une autre non. Pourquoi on n’utilise pas des critères et des autocollants uniques pour toute l’Europe ? « 

1 réflexion sur « Qualité de l’air: Anvers devance Bruxelles »

  1. Jean-Marc Sparenberg

    C’est vrai que ça fait un peu désordre et que ce serait l’occasion pour l’Europe de se donner de la visibilité sur un projet idéaliste. D’autant que les normes Euro semblent être devenues une référence largement utilisée et qu’une méthode de classification unique et bien visible en serait un prolongement naturel.
    En attendant, on pourrait imaginer une coordination de nos trois régions préférées, qui montrerait à l’Europe qu’il est possible de s’entendre sur des sujets aussi critiques que celui-ci! 😉

    Répondre

Répondre à Jean-Marc Sparenberg Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.