Une Belgique à quatre

__________________________________

Les ministres-présidents étaient du voyage lors de la visite d’Etat à Copenhague. Une occasion pour Olivier Paasch, qui préside la Communauté germanophone, de se montrer l’égal des ministres-présidents régionaux, d’utiliser dans Le Soir – « Ostbelgien » – comme le nouveau nom de la Communauté germanophone, de se réjouir des compétences déjà acquises (dont l’enseignement) et d’en souhaiter d’autres à l’occasion d’une 7è réforme de l’Etat.

Ce n’est pas tout. Pour lui, cette réforme devrait aussi être l’occasion de  » dévaloriser (1) ou supprimer les Communautés, le moment pourra arriver de demander le statut de Région. Notre pronostic est effectivement que l’on évolue vers une Belgique à 4, sans Communautés ».

Nous ne pouvons que nous réjouir de trouver du soutien pour notre credo:  une Belgique basée sur quatre Régions à part entière, solidaires et égales en droits.

(1) Il s’agirait d’enlever aux Communautés leur statut d’entités fédérées

Paul Magnette, Rudi Vervoort, Oliver Paasch et Pieter De Crem
(le ministre-président Geert Bourgeois est rentré en Flandre après le premier jour)

2 réflexions sur « Une Belgique à quatre »

  1. Gennotte Roger

    bonne proposition: une région neerlandophone, une francophone, une germanophone et Bruxelles, région réellement trilingue nl/fr/d. L’anglais, inutile de l’imposer, il est déjà là.

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.