Les partis francophones se désintéressent de Bruxelles

____________________________________

Le survol à basse altitude de nombreux quartiers bruxellois n’est pas une fatalité. Le blocage de la situation par les partis flamands n’est pas insurmontable. Les échanges de courrier entre le fédéral et les associations et comités de quartier bruxellois épinglent la passivité des partis francophones.

Jean-Noël Lebrun, porte-parole de Coeur Europe, parle de lâcheté, ou plutôt de manque d’intérêt pour Bruxelles. Il rejoint notre demande de voir émerger des partis bruxellois multilingues pour promouvoir le développement et la qualité de vie de tous les Bruxellois, quelle que soit la langue qu’ils parlent.

“ Cette lâcheté est grandement facilitée par le fait que le berceau des grands partis francophones c’est la Wallonie et non Bruxelles.  La réélection de leurs principaux politiques dépend de leurs succès électoraux dans leurs propres fiefs, et le sort des Bruxellois importe peu.  En s’opposant avec raison aux demandes illégitimes de la Flandre, le dossier de l’aéroport pourrait effectivement être réglé facilement.  Mais cela ne servirait pas à se faire réélire à Liège, Wavre, ou ailleurs:  Bruxelles est surtout une monnaie d’échange pour obtenir de la Flandre des avantages en Wallonie, ou des postes au fédéral.”  J-N.L

3 réflexions au sujet de « Les partis francophones se désintéressent de Bruxelles »

  1. Marie-Claire Bero

    Je suis d’accord sauf que le Brabant wallon (Wallonie) se trouve aussi sous les insupportables survols de l’aéroport de Zaventem (piste 01 qui passent aussi sur Bruxelles). Et les élus francophones s’en fichent royalement ! Bref, pour leur propre région, ils ne font rien non plus.

    Répondre
  2. Ghislaine Weissgerber

    Je n’avais pas encore lu ce billet quand on s’est vus tout à l’heure !Me voilà donc célèbre ! Merci. Encore mes excuses de t’avoir fait attendre dans le froid tout à l’heure, j’ai été accaparée par les doléances de Brigitte, j’espère que tu n’auras rien attrapé de méchant.

    As-tu des informations pour ton pied ? G.

    Répondre
  3. FC

    Au fait, quel est le degré d’autonomie des différentes sections bruxelloises de ces grands partis ?
    Dans quelle mesure et comment pourrions-nous, nous, citoyens bruxellois, faire pression pour exiger un statut « améliorer » de ces sections, sorte de prélude à la constitution de partis spécifiquement bruxellois ?
    En la matière, je crois à l’effet boule de neige et à la politique des petits pas. Nous attendons le graal depuis trop longtemps, non ?

    Répondre

Laisser un commentaire.

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.