La périphérie nord en 2050

__________________________________

Bel exercice de prospective mené par des représentants des autorités de la Flandre, du Brabant flamand et de Bruxelles. Une première qui ne fait pas que des heureux malgré un document qui n’est que d’une suite de propositions décrivant les divers scénarios sur l’aspect que pourrait avoir le côté nord du « Vlaamse Rand » (la périphérie flamande, ndlr) et de la Région de Bruxelles-Capitale vers 2050. Merci à Daardaar pour la traduction

Il y est surtout question d’urbanisation, de transports publics, de multilinguisme et de l’aménagement de grands parcs. De la poursuite du « modal shift », qui verrait le remplacement du transport automobile privé par des transports publics confortables et par le vélo. La périphérie nord fera partie intégrante, morphologiquement parlant, d’une zone métropolitaine s’étendant jusqu’au-delà de Louvain-la-Neuve et bien connectée avec l’étranger. Un boulevard métropolitain relierait le quartier européen à « Zaventem Airport city ».

Le document fait aussi mention du multilinguisme de la région et d’une approche institutionnelle commune à l’égard de la périphérie nord. Bruxelles aurait donc son mot à dire. Le Mouvement populaire flamand s’est fendu d’un communiqué de presse courroucé contre ce projet qualifie le document d’« antiflamand » et d’« absurde ». Pas question que la périphérie nord s’urbanise et finisse par devenir une partie de Bruxelles.

1 réflexion sur « La périphérie nord en 2050 »

Laisser un commentaire