Honte et déshonneur à Paris

_____________________________

“ La honte et le déshonneur. Quels autres mots employer, plus poliment, pour décrire le bâclage qui caractérise désormais la politique climatique belge? Même un compromis à la belge, rafistolé de toutes parts, qui pourrait être brandi comme un «accord», ne nous sauvera pas du déshonneur ”. Contrastant avec la presse flamande, c’est De Morgen qui l’écrit et qui ajoute ceci, traduit pour vous par Daardaar.

 » Lorsqu’ils demandent aux citoyens de travailler plus dur et plus longtemps ou de se serrer la ceinture encore davantage, les responsables politiques dissertent à l’envi sur l’avenir de « nos » enfants. Mais lorsqu’il s’agit d’assurer la viabilité de la planète, l’avenir importe peu, manifestement.

Dès la première journée de la Conférence de Paris sur le climat, ses cafouillages politiques ont valu à la Belgique de se voir décerner — ex aequo avec la Nouvelle-Zélande — le prix humoristique de «Fossile du jour» par une coupole d’ONG en faveur du climat « .

2 réflexions sur « Honte et déshonneur à Paris »

  1. Brigitte Vermaelen

    Yvan, tout à fait d’accord avec toi, mais je crains que la question du climat n’indiffère beaucoup de citoyens, hélas.
    Nous vivons dans un pays en voie de dissolution, dans un fédéralisme de dissociation. La lamentable querelle climatique n’en est qu’un avatar institutionnel (voir à cet égard l’excellente analyse de Philippe Walkowiak sur rtbf.be). Et qui a déchiré le 1er accord intervenu il y a peu ? Jambon, NVA, comme par hasard.
    Ceci dit, dans un gouvernement de droite dure comme le nôtre, l’obsession du néo-libéralisme, de la sacrée croissance, du pognon, oblige à une vision à court terme, à une production sans limites.
    Dans cette idéologie, toute norme environnementale visant à limiter les changements climatiques est négative (comme les normes sociales d’ailleurs) puisque ces normes imposent des contraintes à la production. Donc, il est cohérent de torpiller au maximum la protection de l’environnement au nom de la vertueuse création d’emplois (qu’on attend comme soeur Anne, mais on l’invoque toujours). Si le climat était une banque, il y a longtemps qu’il aurait été sauvé….
    Juste un détail : l’humanité ne dispose pas d’une planète de rechange, mais nos enfants n’auront qu’à se débrouiller.

    Répondre
  2. Alain Maskens

    Merci Yvan.

    Seul problème: les accidents honteux et déshonorants se multiplient et s’accélèrent ici. Le dernier en date : l’accusation du Premier Ministre à la chambre hier : « c’est la Région wallonne qui a bloqué l’accord ». Réaction du Ministre-Président de la Région wallonne (hier, confirmé ce vendredi matin) : « Charles Michel ment ».

    Nous (les citoyens) ne pouvons pas laisser passer cela. Un des deux est soit menteur, soit se trompe lourdement. Un des deux DOIT démissionner.

    Amitiés,

    Alain

    _____

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.