Contraint de cacher sa richesse ?

____________________________

Express.be révèle dans un article que le patron de Cartier et autres marques de luxe a dit au Financial Times Business of Luxury Summit, « que la perspective de la montée des tensions entre les riches et les pauvres l’empêchait de dormir la nuit. » Il prévoit que ces tensions vont augmenter lorsque prochainement, les robots et l’intelligence artificielle provoqueront un chômage de masse.

« Comment la société va-t-elle pouvoir gérer un chômage structurel, l’envie, et la guerre sociale ? Nous détruisons la classe moyenne et cela va nous affecter. C’est injuste. »
Selon lui, les ventes de produits de luxe sont condamnées à baisser dans ce contexte, car les riches seront soucieux de dissimuler leur richesse. Il a ajouté: « Nous nous apprêtons à vivre un changement de société énorme. Faites-vous à cette idée. Et préparez-y vous ».

La meilleure manière de s’y préparer ne serait-elle pas de voir dès à présent comment répartir les fruits de l’évolution technologique ? Une évolution qui devrait permettre d’envisager de travailler moins d’heures tout en maintenant son salaire. Cela ne se fera pas sans la contrainte du pouvoir politique qui ne pourra se permettre d’affronter un chômage de masse.

 

2 réflexions sur « Contraint de cacher sa richesse ? »

  1. Deregnaucourt

    Bonjour,

    Voilà enfin une analyse lucide et intelligente de la situation dans laquelle on évolue: toujours plus de richesse pour une minorité et paupérisation de la grande majorité. On retourne lentement mais sûrement au 19ème siècle.

    Mais pour en sortir il faut en finir avec la mondialisation (ou du moins avec le dumping social qu’elle engendre) et arrêter l’exploitation des populations des pays qu’on appelle émergents. Il faut taxer à l’importation les produits fabriqués à bas coûts dans ces pays et vendus très chers en occident au seul profit des entreprises. Il ne faut pas tolérer que des travailleurs viennent travailler chez nous avec la protection sociale inférieure de leur pays d’origine, cassant ainsi notre propre système (merci l’Union européenne).

    Il faut aussi faire évoluer nos mentalités. Le toujours plus n’est pas tenable, ni environnementalemnt ni économiquement. Travailler moins pour vivre mieux. Il faut réinventer le bonheur national brut…le Bouthan, un exemple à suivre….

    Mais avec notre gouvernement actuel on ne risque pas de prendre ce chemin.

    Amicalement
    Guy

    Répondre

Laisser un commentaire