De la longueur des jupes à l’école

cgks3n3xeaaw1ym-1

Avant le problème était qu’elles étaient trop mini les jupes. Aujourd’hui des jeunes filles ne peuvent franchir la porte de l’école parce que leurs jupes sont trop longues ou trop noires relate la presse. Ailleurs, c’est parce qu’elles portent un foulard et ailleurs encore des garçons sont exclus pour cause de piercings ou de cheveux trop longs ou trop courts.
Et Brusselnieuws d’annoncer finalement que l’échevine Faouzia Hariche estime que le directeur applique le règlement de la Ville de manière trop stricte …

Il est permis de se demander si l’école n’a rien de mieux à faire que de se préoccuper de l’aspect extérieur de ses élèves. Ou alors, que celles qui le désirent aillent jusqu’au bout et en reviennent à l’uniforme et qu’on n’en parle plus. Plus fondamentalement, l’école ne doit elle pas être le lieu de rencontre de tous les jeunes, à l’image de la société, avec la réflexion, l’esprit critique et le respect mutuel comme condition première ?

Pendant ce temps Gazet van Antwerpen (traduit par Daardaar) annonce qu’à Malines, des parents essaient de créer une école fondamentale islamique dont le conseiller communal Hamid Riffi (CD&V) « espère sincèrement que les non-musulmans qui vivent dans ce quartier oseront franchir le pas et inscrire leurs enfants dans cette école, afin qu’elle ne devienne pas une école ghetto réservée aux enfants d’immigrés. »

Laisser un commentaire