Hausse de 15 à 20% du prix de vente des maisons

___________________________

C’est ce qu’annonce dans LEcho, Eric Verlinden, administrateur délégué de Trevi. Il estime que c’est ce qui pourrait se passer d’ici 2 ou 3 ans grâce à la faiblesse des taux et malgré une inflation quasi nulle.

S’il est clair qu’une telle hausse des prix sera prohibitive pour la plupart des ménages bruxellois et les poussera à acheter en dehors de Bruxelles. Cette bulle immobilière a sans doute encore de beaux jours devant elle tant que l’offre sera aussi faible par rapport à la demande.

Si l’on veut éviter l’exode de la classe moyenne bruxelloise vers la périphérie – où elle payera aussi ses impôts – il est urgent de construire massivement et rapidement. Pour cela il faudra aussi veiller à réduire les délais administratifs excessifs qui freinent les projets.

L’impression d’avoir déjà souligné cela, mais les prévisions annoncées imposent d’y revenir, même si elles ne se réalisent pas. Par ailleurs, il ne faut pas croire que cette bulle n’explosera jamais, les moyens des Bruxellois ne sont pas extensibles et pas nécessairement les mêmes que ceux des citoyens d’autres grandes villes européennes.

Tiens, joyeuses Pâques !

Laisser un commentaire