Qui part en Syrie ?

______________________________

Qui sont donc ces jeunes Bruxellois qui partent combattre en Syrie comme les Croisés partaient en Orient pour délivrer le tombeau du Christ ?
Beaucoup de spécialistes pensent que ce sont de jeunes largués qui n’ont pas réussi à s’intégrer à notre société, qui n’ont pas d’emploi et sont en recherche de valeurs. Henri Goldman écrit sur son blog:  » Tant que les jeunes de culture musulmane auront le sentiment d’être méprisés et discriminés, le « radicalisme » aura de beaux jours devant lui. Ricardo Romero, est coordinateur des éducateurs de rue de Schaerbeek et livre ICI l’analyse issue de son expérience de terrain.

La criminologue néerlandaise Marion van San va à contre courant et estime que de nombreux jeunes radicalisés sont issus de la classe moyenne et même de milieux aisés. Elle détaille son point de vue dans De Standard repris par Le Vif qui titre « Plus les jeunes sont intégrés, plus ils risquent de se radicaliser ».

Reste la question des retours de Syrie. Si certains jeunes en reviennent encore plus radicalisés et décidés à agir contre les « mécréants », d’autres reviennent complètement effondrés de ce qu’ils ont vu là-bas et qui s’est révélé si éloigné de l’idéal qu’ils recherchaient. Comment réagir face aux uns et face aux autres ?

 

Laisser un commentaire