Ecoles flamandes fort prisées à Bruxelles

_________________________

A la place de la Fédération Wallonie Bruxelles – qui organise l’enseignement francophone à Bruxelles – je me poserais des questions à la lecture de cet article.

Où en est-elle avec ses classes d’immersion ? N’est-ce pas leur (très) petit nombre qui pousse les parents soucieux du multilinguisme de leurs enfants de tenter de les inscrire dans l’enseignement néerlandophone ? La qualité de l’enseignement n’est-elle pas aussi en cause ?

Accepter davantage d’enfants francophones dans les écoles flamandes n’est en aucun cas la solution. Cela ne manquerait pas de poser des problèmes et on peut comprendre les mesures prises par la Communauté flamande pour en limiter l’accès afin de maintenir une présence suffisante d’enfants néerlandophones dans leurs écoles. Si c’est pour s’y retrouver entre francophones, le but recherché par les parents ne sera plus atteint. Déjà cette année, 1.291 parents ont vu leur demande refusée et ce n’est qu’un début.

A défaut de donner à Bruxelles la maîtrise de son enseignement, le régionaliser comme nous le préconisons, ne faudrait-il pas – à tout le moins – que les deux ministres communautaires se rencontrent avec notre ministre président pour préparer une autre rentrée 2015/16 ?

1 réflexion sur « Ecoles flamandes fort prisées à Bruxelles »

  1. Matthieu

    En plus de l’impact évident de l’apprentissage des langues que tu mentionne, je me demande également dans quelle mesure le décret inscription qui génère pour les parents et les enfants des incertitudes importantes ne déroute pas certain parents vers le néeerlandophone, qui a le mérite de répondre oui ou non plus simplement.

    Répondre

Laisser un commentaire