Vive la liberté !

____________________________

C’est par ce cri qu’Arno a scandé sa performance de dimanche au KVS. Un manifeste libertaire plus qu’un récital. Le plus grand rocker européen vivant – and his band – a revisité ses chansons pour les inscrire dans ce grand Festival des Libertés. Ses racines ne sont pas loin de la bataille de l’Yser dont il a rappelée l’atrocité à sa manière: rude et tendre.

Et même si certains ont cru le croiser fatigué dans les rues de la ville, sur scène il se donne sans compter, il crache ses poumons, il s’épuise comme s’il chantait pour la dernière fois et dans toutes les langues pour ce public de Bruxelles qui l’aime et le porte.

S’il a plusieurs fois chanté assis sur sa petite chaise, c’était pour mieux lire les copions sur lesquels il avait griffonné les paroles nouvelles de chansons qu’il a écrites ou transformées pour s‘inscrire dans le Light Front : « Putain, putain, on est quand même tous des Européens » sur fond de Brabançonne et d’hymne européen revisités. Quel souffle ! S’il avait voulu, il appelait à la révolution devant le KVS, comme la Muette de Portici devant la Monnaie en 1830 !

Arno ne pouvait surgir qu’à Bruxelles, au carrefour des cultures latine et germanique qui l’abreuvent, et parmi les citoyens du monde. Il se livre tout entier et sans concessions. On l’imagine finir sa performance terrassé sur un lit ou en vidant une bouteille de whisky.
Véritable enfant de Bruxelles, comme Stromae et comme Brel, dont il a repris le superbe
« Mais, mais voir un ami pleurer ! »

Bien sûr, il y a les guerres et tout ce manque de tendre
Bien sûr, l’argent na pas d’odeur, mais pas d’odeur vous monte au nez
Bien sûr, on marche sur les fleurs
Mais, mais voir un ami pleurer !

Bien sûr, ces villes épuisées par ces enfants de cinquante ans
Notre impuissance à les aider
Ces métro remplis de noyés, la vérité qui nous évite
Mais, mais voir un ami pleurer ! (…)

Paula Raiglot - Arno

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Arno par Paula Raiglot

5 réflexions sur « Vive la liberté ! »

  1. Pierre Motyl

    merci Yvan,
    Ton article m’a presque mis la larme a l’œil.
    Je râle d’avoir manqué le moment mais il est beau que celà ai eu lieu.

    Répondre
  2. Mirko Popovitch

    Là franchement on a l’impression sérieuse d’avoir manqué quelque chose d’important, il y a du lyrisme dans cet article, …. mais c’est qui l’auteur ???

    Répondre

Laisser un commentaire