La suite du programme Bruxelles 2019

_______________________

Comme vous le savez, à Bruxelles, rien n’est simple et une partie des compétences bruxelloises échappent au gouvernement régional, à son programme et à son parlement. Elles ne figurent donc pas dans l’accord de majorité de la Région que je vous ai envoyé hier.

Accords de majorité Cocof et VGC
Vous retrouverez des compétences bruxelloises supplémentaires dans l’accord de majorité voté par les députés francophones réunis au sein de la Cocof et d’autres dans celui voté par les députés néerlandophones réunis dans la VGC.
Formation professionnelle, aide aux personnes, santé (?) … sont sans doute fort liées à la langue des personnes, mais on « s’étonne » évidemment d’encore y retrouver des compétences comme les Primo arrivants, le Sport ou le Tourisme, qui auraient évidemment intérêt à être gérées au niveau de la Région, à la fois pour des raisons d’efficacité pour le Tourisme et pour des raisons de regroupement des Bruxellois de toutes langues dans le Sport et l’Accueil.
Une 7ème réforme de l’Etat ?

Accord de majorité Cocom/GGC
Vous retrouverez aussi des compétences bruxelloises supplémentaires  dans l’accord de majorité conclu à la COCOM / GGC * (Commission communautaire commune/ Gemeenschappelijke Gemeenschapscommissie) entre les député des parlements francophones et néerlandophones. Le parlement bruxellois donc ? Et bien non, parce qu’à l’assemblée de la Cocom/GGC des 89 parlementaires réunis, il faut une majorité à l’intérieur de chacun des groupes linguistiques pour décider, ce qui la différencie du parlement.
On disait cette assemblée en voie de disparition, mais finalement c’est elle qui a hérité du (gros) budget des Allocations familiales pour éviter de créer un apartheid entre citoyens bruxellois, si ces allocations étaient communautarisées. En 2018, elle envisage « d’égaliser » les allocations pour tous les enfants, quel que soit leur rang de naissance. L’objectif est à la fois de permettre de contrôler – voir de réduire les dépenses – mais il est aussi politique : la réalité démographique à Bruxelles est telle qu’il n’est plus utile d’encourager les naissances.

L’enseignement francophone aux mains d’une ministre bruxelloise
Last but not least, la Fédération Wallonie Bruxelles vient de désigner Joëlle Milquet au poste de Ministre de l’enseignement … toujours communautaire. C’est une première pour Bruxelles. On peut espérer une plus grande sensibilité au traitement spécifique qu’exige l’enseignement à Bruxelles, notamment (mais pas seulement) au niveau des langues.

* traduction NL non trouvée

1 réflexion sur « La suite du programme Bruxelles 2019 »

  1. manchon

    Que vous fournissiez via votre blog les programmes des diverses instances amenées à gérer la Région de Bruxelles est une (très) bonne chose en soi.
    Cela ne [vous] permet pas selon moi de critiquer et d’induire des comportements qui sont pour la plupart inexacts et dictés par je ne sais quel bilinguisme idyllique qui tente de germer comme les fleurs que l’on affirme avoir orné la barbe de Charlemagne.

    Que je sache et vous aussi d’ailleurs, la Cocof et la VGC sont des institutions démocratiques et légales depuis des décennies. Vouloir renvoyer leurs compétences, leur pouvoir de décision, leur existence même vers la Région et son parlement bilingue, c’est faire en sorte de mettre sous la tutelle d’une minorité flamande à Bruxelles, la plupart des attributions régionales « personnalisables » : vous en citez certaines qui sont éloquentes à ce titre : « formation professionnelle, aide aux personnes, santé, primo-arrivants, sport, tourisme ». Ce faisant vous voilà le chantre d’une « 7ème réforme de l’Etat ».

    Nous ne vous en tenez pas là, et la Cocom (qui a elle pour missions de traiter des ‘affaires bi-communautaires’, par exemple les ‘allocations familiales’) paraît peu digne d’intérêt à vos yeux. Bien entendu ! car le Législateur, dans a grande sagesse, a voulu qu’il faille à la Cocom une double majorité : au niveau de la Commission mais également dans chaque groupe linguistique. Fatalement dirais-je, on est dans le « bi ».

    Last but not least, selon vos écrits, sacrilège suprême, la FWB (fédération Wallonie-Bruxelles) a désigné Madame Milquet au poste de ministre communautaire ayant en charge l’enseignement. Marie Dominique Simonet, Laurette Onkelinck en son temps l’ont précédée. Quant à votre frénésie d’un enseignement bilingue pour Bruxelles, d’une école normale bilingue, pire d’un enseignement obligatoire bruxellois à charge du seul budget régional, c’est une faillite de toute la Région que vous appelez de vos vœux car cet enseignement, je vous le dis, est IMPAYABLE par les seules finances régionales, à moins, … à moins, que les flamands qui ont un budget en large bonus ne le financent, à leurs conditions et surtout à leurs exigences, dont une parité dans les décisions, notamment.

    Puisque vous abordez les « primo-arrivants » laissez moi vous dire que la main mise sur ceux-ci est l’apanage des flamands qui œuvrent au départ de toutes les structures fédérales, puis régionales et enfin de la plupart des associations néerlandophones de notre ville-Région. Collaborant à titre bénévole dans une Asbl laïque de Saint Gilles, d’insertion et de soutien administratif, juridique et social, nous sommes scandalisés par la manière dont les migrants à leur entrée en Belgique sont « catalogués » et « enrôlés » « néerlandophones » dès lors que leur langue véhiculaire n’est pas le français. Nigérians, Lybiens, Afghans, et plein d’autres nationalités sont systématiquement enrôlés dans le « rôle linguistique NL », leurs enfants orientés vers l’enseignement néerlandophones et bien entendu leurs carte(s) d’identité en néerlandais.

    Bien à vous,

    Robert Manchon – ancien secrétaire général de l’Interrégionale de Bruxelles, de la CGSP Enseignement, ancien conseiller de la Ministre en charge de l’enseignement au sein de la Cocof et ancien membre du Comité de Gestion d’Actiris et de Bruxelles-formation, au titre de membre à l’époque du Bureau de la FGTB interprofessionnelle de Bruxelles. Aujourd’hui retraité.

    Répondre

Laisser un commentaire