Avions: on nous ment ?

____________________

Le nouveau mouvement citoyen « Pas Question »  vient de publier le rapport des experts qu’il a mandatés pour analyser les conséquences du plan Wathelet. Alors que ce plan devait éviter de survoler les zones densément peuplées et privilégier les routes les plus courtes, les conclusions des experts sont édifiantes : le nouveau virage à gauche survole16 x plus de Bruxellois et occasionne un détour de 12,8 km au-dessus de la ville. Dans la périphérie moins peuplée, cette route survolerait 3 x moins de personnes.
Ces experts sont-ils fiables ? les cartes de Belgocontrol sont-elles crédibles ? les micros de l’IBGE ont-ils été déplacés sous le nouvelles routes ? Autant de points d’interrogation qui ne pourront être clarifiés que lorsque « l’Institut de Contrôle Indépendant » figurant dans la déclaration gouvernemental sera mis en place. L‘ACNUSA en France a fait la démonstration de l’utilité d’une telle structure.

En attendant, la mise en application du plan Wathelet devrait être suspendue temporairement, mais l’aspect communautaire de la question refait surface: la Flandre voulait le plan Wathelet (basé sur le plan Schouppe) et pas l’Institut. Bien qu’il n’y avait pas accord sur tout, les francophones ont fini par accepter la mise en application du seul plan sans les moyens d’un contrôle indépendant. Et entre eux, on relève ceux qui estiment qu’un accord signé doit être respecté et ceux qui estiment que devant l’ampleur de la protestation des nouveaux survolés, il faut à tout le moins suspendre le plan. L’approche des élections n’aide évidemment pas à un débat serein Il serait donc sage de remettre tout à plat après les élections en n’omettant pas d’indispensables mesure structurelles, tel la limitation de la capacité de cet aéroport urbain et la fixation d’heures de fermeture. Et pourquoi pas rouvrir le dossier Chièvres, si la Belgique veut une grande plate forme internationale à côté d’une ligne TGV.

1 réflexion sur « Avions: on nous ment ? »

  1. Ed. DE LOVINFOSSE

    Adapter l’heure des décollages et des atterrissages : en semaine de 7h à 23h, les week-ends et les jour fériés de 8h à 23h. Cela découragerait certaines compagnies aériennes, en particulier les compagnies low-cost de survoler la capitale de la Belgique.

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.