Bruxelles dit que …

_______________________________

Bruxelles n’a rien dit, c’est l’Europe qui a dit.
Par facilité, il est devenu courant d’attribuer à Bruxelles, et donc à ceux qui y vivent, la responsabilité de décisions (généralement impopulaires) prises par l’ensemble des Etats membres de l’Union Européenne.

Il ne s’agit évidemment que d’une manière de parler, mais des citoyens bruxellois s’en émeuvent et ont l’intention de le faire savoir à la presse internationale.

Notre Bruxelles ne veut pas tout cela !

Nous qui habitons Bruxelles, informons la presse internationale qu’il n’est désormais plus indiqué de titrer vos articles sur les décisions des instances européennes en commençant par « Bruxelles dit que », « Bruxelles a décidé »… Habitantes et habitants ne s’y retrouvent pas du tout ! C’est pourquoi nous allons rejoindre le blocage du prochain sommet européen !

De quelle Bruxelles parle-t-on ?
L’entièreté de la ville de Bruxelles et ses habitants ne doivent pas être confondus avec les institutions européennes installées ici. Certes, sur le plan socio-économique, la présence de ces institutions n’est pas sans effet : positif pour certains (ex. les propriétaires), négatif pour d’autres (ex. ceux qui ne peuvent pas trouver un logement à un prix abordable). Il est vrai que les institutions européennes ont engendré à Bruxelles la création de nombreux emplois; mais aussi, elles coûtent très cher aux contribuables belges parce que l’Europe à Bruxelles fonctionne comme une zone franche, exempte d’impôts. Bref, jusqu’à présent, les Bruxellois n’ont pas trop osé se plaindre de la présence des institutions européennes à Bruxelles, sauf sur le plan urbanistique. Mais ça change !

Les effets du traité budgétaire européen se font sentir !
Désormais, nous subissons nous aussi de plein fouet les politiques d’austérité menées par l’Union Européenne : notre gouvernement fédéral a mis tellement d’argent dans les banques qu’il sabre à présent dans les dépenses sociales. Des secteurs entiers sont laminés et bien des familles tombent dans la pauvreté ou s’y enfoncent. Bref, il est temps de dire : « ça suffit ! »

Nous qui habitons Bruxelles, dénonçons l’inefficacité et l’inhumanité de ces mesures induites par l’adoption du Traité Budgétaire Européen et du Six Pack. Et nous en avons assez de lire dans vos journaux que tout cela est décidé « par Bruxelles ! »
C’est pourquoi nous rejoignons l’appel lancé par des agriculteurs et des citoyens de divers syndicats et associations pour bloquer le sommet européen du 19-20 décembre 2013. Nous occuperons avec eux différents carrefours autour des institutions européennes. Cela, avec des autorisations de la police. Un tel projet peut sembler irréalisable : en fait cette ville est perpétuellement encombrée par les embouteillages… Il n’en faut donc pas beaucoup plus pour la bloquer !

Non au traité transatlantique !
L’inquiétude des agriculteurs porte avant tout sur les négociations transatlantiques en vue d’un traité de libre échange avec les USA. Nous partageons cette inquiétude, vu qu’un tel traité ouvrirait la porte aux importations massives de produits alimentaires et autres, répondant à des normes sanitaires, environnementales et sociales bien moindres que ceux produits en Europe : OGM, viande aux hormones, poulet à l’eau de javel…
C’est l’occasion de resserrer nos liens avec ces agriculteurs en privilégiant les circuits courts et l’agriculture paysanne. Il y va de notre souveraineté alimentaire. Ce traité sera une catastrophe pour nous aussi !

Enfin, 3ème point à l’agenda de ce sommet européen que nous voulons bloquer : l’Europe militaire. Encore des dépenses effectuées au détriment des services au public et de la satisfaction des besoins de base des citoyens européens !

Concrètement : http://www.d19-20.be

18/12 à 11h : conférence de presse c/o CGSP rue du Congrès 17-20
18/12 à 18h : meeting international dans les locaux de la CES boulevard Albert II
19/12 dès 7h du matin : blocage du sommet européen! Précisions à la conférence de presse.

1 réflexion sur « Bruxelles dit que … »

  1. une autre Bruxelloise

    L’Europe dont vous parlez est constituée de représentants de chcun des pays qui la composent. Donc, les pays qui contestent les décisions de « l’Europe » contestent en fait l’inefficacité de leurs propres politiciens qui ne seraient pas parvenus à faire accepter leurs décisions.
    Evidemment, il est facile pour les politiciens de blâmer « Bruxelles » ou même « l’Europe »: un ennemi extérieur est toujours plus facile à blâmer, surtout en temps de crise où il faut trouver des boucs émissaires.
    Aussi, les institutions européennes ne sont pas exemptes de tases: les salaires de ceux qui y travaillent sont taxés et ces taxes retournent dans un pot européen (appartenant donc aux états membres susmentionnées). Ils ne sont plus indexés depuis plusieurs années, contrairement à ce qui se passe dans les pays membres et sont gelés pour les années à venir.

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.